Si Obama ne fait pas une déclaration condamnant ce genre de comportements de la part de la police, cela augure mal de sa présidence… on est loin du CHANGE qu’il nous promet…

[Gregoire Seither – IES News Service – 28/08/2008]

Asa Eslocker est journaliste à la chaine de télévision ABC où il anime l’émission « On the Money Trail » qui enquête sur les relations entre les partis politiques et les donateurs de l’appareil militaro-économico-industriel. C’est une rubrique régulière de l’émission d’actualités phare de la chaîne, ABC’s « World News with Charles Gibson. » .

Ayant appris que, dans le cadre de la convention démocrate de Denver, une réunion se tenait entre des Sénateurs du Parti Démocrate et des gros financeurs VIP, l’équipe d’ABC s’est postée devant le Brown Palace hôtel pour recueillir les témoignages des participants.

Sur la vidéo ( http://www.abcnews.go.com/Blotter/Conventions/story?id=5668622&page=1 ) alors que le cameraman s’apprête à filmer, on voit soudain un gros officier de police, crane rasé, faire irruption et pousser sans ménagement le journaliste dans la rue, au beau milieu de la circulation. Quand M. Eslocker lui indique qu’il est dans un lieu public et qu’on ne peut pas l’empécher de faire son travail de journaliste, le policier – qui continue à le pousser vers le milieu de la chausseée – lui répond que le trottoir devant l’hôtel appartient à l’hôtel et qu’il est donc entrain de violer une propriété privée. Ceci est totalement faux, la voirie est un espace public.

Deux heures plus tard, alors que l’équipe de télévision s’est retranchée sur le trottoir en face, la police fait à nouveau irruption, affirmant qu’une plainte a été déposée par la direction de l’hôtel, qui sert de QG au Parti Démocrate pour la durée de la Convetion.

Six policiers entourent soudain l’équipe de tournage et un officier, cigare à la bouche, attrape Asa Eslocker par le cou, avant de le pousser à terre et le menotter. Quand Eslocker proteste en disant qu’il ne fait rien d’interdit, le policier lui répond « Tu as de la chance que je ne t’ai pas explosé la gueule, alors ne te plains pas ». Eslocker a été mis en examen pour violation de propriété privée et résistance à l’autorité. Il a du payer une caution de 500 US$ et sera jugé dans les prochains jours.

La Démocratie en action, à Denver, lors de la convention d’un parti qui nous promet le « CHANGE »… pour l’instant, on n’en voit rien.