Décidément, on trouve de tout sur le site « Tout Sauf Sarkozy »…  (merci Amelia pour ce lien qu’on avait pas vu).

Ceci dit, c’est vrai qu’on se demande ce que foutent les journaleux. Mis à part Emmanuel Ratier et Thierry Meyssan, pas grand monde n’a mené d’enquête sur l’histoire de la famille Sarkozy. Les bouquins qui sont parus relèvent plus de l’hagiographie et du « storytelling » que de la véritable enquête historique.

C’est pourtant très intéressant… surtout s’il devait en effet s’avérer que son papa a été un collabo des allemands ou un partisan de Szalasi… la presse avait bien fait ses choux gras de la francisque de Mitterand ou du papa vichyssois de Jospin.

A noter que l’orientation idéologique d’extrème droite du site TSS (qu’on avait déjà dénoncée il y a quelque temps) se précise de plus en plus.  Considérer que les amitiés de Nicolas Sarkozy avec des personnalités françaises de religion juive sont des « affinités étrangères à la France », c’est  révélateur … (cf dernier paragraphe).

ET TOUJOURS PAS DE REPONSE A LA GRANDE QUESTION….

[Tout Sauf Sarkozy – 28/06/2008]
Nicolas Sarkozy, pourquoi ton père a fui la Hongrie? (air connu). Mais surtout, que faisaient ton grand-père et ton père durant la période 1941-1944?

Une dépêche de l’agence Reuters a récemment fait le tour des rédactions. Elle apporte d’intéressantes précisions sur l’histoire de la branche paternelle du petit Nicolas. Par d’autres côtés, elle est désopilante par les contradictions qu’elle contient et les zones laissées sans doute volontairement dans l’ombre. On apprend ainsi que les Sarkozy furent « victimes de l’occupation soviétique » (pourquoi, comment, mystère). « Les Sarkozy se réfugient en 1944 en Autriche pour fuir l’arrivée des Russes. Ils rentrent en Hongrie deux ans plus tard. » Plus loin, on lit: « Refusant de s’enrôler dans l’armée soviétique, Pal (le père de Nicolas) s’enfuit en Allemagne, dont il parle la langue, et s’engage dans la Légion étrangère pour gagner la France. Sa mère et ses frères ne purent quitter la Hongrie. »

Selon d’autres textes, « la famille aurait été contrainte à l’exil ». Pourquoi? L’arrivée des forces de libération soviétiques fut-elle jugée plus terrible que l’occupation allemande et que le régime fasciste des « Croix Fléchées »? Selon Reuters: « Sa mère et ses frères ne purent quitter la Hongrie ». Les textes se recoupent cependant pour affirmer que le père de Nicolas, Pal, s’est enfui de Hongrie en 1944 (mais quand? Fin 44, début 45? A 16-17 ans donc puisqu’il serait né en 1928). Une question fort intéressante, que le journaliste de Reuters, ni les autres ne se sont curieusement pas posés à ce jour, est de savoir quelle fut le comportement de la famille Sarkozy, en particulier du grand-père (qui était conseiller municipal de Szolnok, à 104 km de Budapest) et de son fils durant la période de l’occupation allemande et du régime des « Croix Fléchées ». Nous croyons savoir qu’il serait fort intéressant de s’interresser à cette période, ce qu’aucun « journaliste d’investigation » n’a fait à ce jour, très curieusement…

Par ailleurs, tous ceux qui fuyaient l’Armée soviétique ne s’engageaient pas dans la Légion étrangère comme Pal Sarkozy l’a fait à Baden-Baden. En 1948, après pourtant avoir été reconnu « apte » à faire ses classes à Sidi-Bel-Abbès, il aurait été déclaré « inapte » au départ en Indochine…Curieux également.

A ce stade, il est important de se livrer à un court rappel historique. Les Allemands occupent la hongrie le 19 mars 1944 et en déportent massivement les Juifs du 15 mai au 12 juillet 1944. A partir de l’automne 1944, la ligue fasciste des Croix Fléchées de Ferenc Szalasi entreprend le massacre des Juifs de Budapest, jusqu’ici épargnés.

L’armée soviétique repoussa les dernières unités allemandes et leurs collaborateurs des Croix Fléchées hors de la Hongrie occidentale au début du mois d’avril 1945….

On mesure donc tout l’intérêt qu’il y aurait à connaître les activités du grand-père et du père, en tant que petit notable, et fils de petit notable en Hongrie durant l’année 1944. Cela pourrait aider à comprendre l’actuelle psychologie du petit Nicolas, et ses affinités étrangères à la France. Une « repentance intime » peut-être?

http://www.toutsaufsarkozy.com/cc/article02/EkEyFyllVyJwqYxkSv.shtml