[Faits et Documents n° 259 – Juillet 2008]
Nicolas Sarközy veut avoir la peau du « groupe Surcouf » qui a signé une tribune retentissante dans Le Figaro contre le programme de réorganisation des Armées et compte en publier d’autres à la rentrée. Ce groupe clandestin (les militaires sont astreints au devoir de réserve), qui regroupe des officiers supérieurs de premier rang, est la cible principale de la Direction pour la protection et la sécurité de la Défense (l’ex-Sécurité militaire). Plusieurs ordinateurs portables des officiers du Centre des hautes études militaires, supposé être le centre de la rébellion, ont été fouillés par la DPSD. D’autres équipes sont sur l’affaire mais « de manière non officielle » selon Le Nouvel observateur, en particulier la DCRI (réunion des RG et de la DST). Bien que ne disposant d’aucune piste sérieuse, ils ont mis sous surveillance, mais sans résultat, la brasserie Le Surcouf, toute proche de l’Ecole militaire.
http://www.faits-et-documents.com