[Le Post – 15/07/2008]

Et pourquoi je dénonce cette hypocrisie médiatique.

Vous souvenez-vous du pataquès médiatique, les grands mots, sur Voltaire, les lumières, la tradition de liberté d’expression, valeur essentielle de la France, de l’Europe, de l’Occident, seul rempart aux fanatisme des barbares barbus ? Philippe Val au tribunal, soutenu par Sarkozy, l’union sacrée contre l’obscurantisme !

Il semble que la liberté d’expression soit à géométrie variable, pour Val et Cie : Siné, une figure historique de Charlie Hebdo s’est fait virer, à 80 ans, du journal satirique, pour s’être moqué de la convertion au judaïsme (suposée) de Sarkozy Jr.

Depuis le 11 septembre 2001 et la seconde Intifada, il s’est installé un état d’esprit dans le monde politico-médiatique, qui fait qu’il est normal, de fustiger l’Islam et les musulmans en des termes assez agressifs. Par exemple, Claude Imbert, directeur d’un grand hebdomadaire, peut tranquillement dire « Oui, je suis Islamophobe ». Ca ne lui pose aucun problème. Imaginez ce qu’il lui serait arrivé médiatiquement s’il avait déclaré « Oui, je suis judéophobe ! »…

Faisons un peu de fiction. Jean Sarkozy tombe amoureux d’une jeune femme de confession Musulmane, et annonce publiquement son intention de se convertir à l’Islam. Un humoriste quelconque, un éditorialiste, ironise sur cette conversion du fils du Président de la République.

Est-ce que Claude Askolovitch et Philippe Val se seraient indignés de la même façon ? Vu les antécédents des deux journalistes, permettez-moi d’en douter.

Tout ça pour quoi ?

Siné, d’après Val et Askolovitch, aurait fait l’amalgame suivant : Juifs = Riches. C’est un cliché antisémite. Donc Siné peut être suspecté d’antisémitisme. Et cela justifierait sa mise à l’écart et sa contrition publique.

Si c’est vrai, si c’est vraiment l’intention et la pensée de Siné, c’est effectivement un cliché antisémite. Mais alors plein de questions me taraudent : faire l’amalgame « Juifs = Riches » est-il plus grave que de publier une caricature de Mahomet avec une bombe sur la tête, laissant entendre que tous ceux qui se reconnaissent dans le message du Prophète de l’Islam sont des terroristes en puissance ?

Pourquoi, d’un côté, l’intention antisémite de Siné ne fait aucun doute aux yeux de Val et Askolovitch, alors que dans le 2ème cas, on est juste dans la caricature du fait religieux qu’il convient de défendre à tout prix au nom de l’héritage de Voltaire ?

Comment expliquer aux Français de confession musulmane que lorsque Siné écrit, dans un texte plublié il y a quelques semaine : « Les musulmanes voilées, j’ai envie de leur botter le cul », ça passe comme une lettre à la poste ? Comment leur expliquer que ça ne pose même pas le moindre commencement de question ?

Est-ce que Val, Askolovitch, et autres, vont-ils un jour se rendre compte combien leur deux poids, deux mesures, en matière d’antiracisme et de respect des religions, est catastrophique et risque au contraire d’attiser les rancœurs, voir les haines, entre communautés ? Est-ce qu’on a vraiment besoin de ça, actuellement ?