[Arxiv – 19/05/2008]
Une étude parue fin avril jette un pavé dans la mare afin de réveiller l’opinion publique vis à vis de la large adoption du bluetooth. Alors qu’assistants personnels, téléphones et ordinateurs portables sont maintenant presque tous équipés du bluetooth (et souvent actifs à l’insu de leurs utilisateurs), un chercheur soulève le fait que, parallèlement au RFID, le bluetooth saimal aussi …

En employant des méthodes habituellement utilisées pour le RFID (radio frequency identification), Vassilis Kostakos a traqué des milliers de téléphones et appareils numériques équipés de la technologie Bluetooth.

Un constat s’impose: Bluetooth et RFID posent un même problème de traçabilité. Pire encore pour le bluetooth, chaque émetteur est aussi un scanner potentiel, contrairement aux tags RFID.

L’étude dénommée « IEEE security and privacy, The privacy implications of Bluetooth » menée par Vassilis Kostakos fait remarquer qu’alors même que la technologie RFID et ses possibles abus ont été pointés du doigt, le bluetooth continue à être déployé à grande échelle.

Pourtant, avec un identifiant unique, une diffusion non sélective, la possibilité de suivre un bien ou une personne, Bluetooth et RFID offriraient des possibilités d’identification identiques et les mêmes risques de brêches concernant le respect de la vie privée.

The privacy implications of Bluetooth IEEE security and privacy : http://arxiv.org/ftp/arxiv/papers/0804/0804.3752.pdf