[Le Monde – 20/05/2008]

Les coups de boutoir des « faucheurs volontaires » et les ambiguités politiques ont fini par faire reculer Limagrain. Alors que la loi sur les OGM revient devant l’Assemblée, mardi 20 mai, et, jeudi, devant le Sénat, Limagrain, leader européen des semences de grandes cultures (blé, mais, colza, tournesol), renonce, cette année, à faire des essais de mais transgénique en plein champ en France.
« Pour travailler correctement, il nous faut avoir la conviction que nos essais ne seront pas détruits, que les autorisations arriveront en temps et en heure et que le cahier des charges sera acceptable, explique Daniel Chéron, directeur général de Limagrain, un groupe coopératif fondé par des agriculteurs du Puy-de-Dôme.»

[…] Limagrain n’arrête toutefois pas ses recherches sur les OGM. « Nous avons pris des dispositions pour faire des essais en Israël et, surtout, aux Etats-Unis », explique Pascual Perez, directeur général de Biogemma. Il n’empêche. « La France et l’Europe prennent du retard dans le domaine des biotechnologies, regrette M. Chéron. Notre première variété de maïs OGM pourrait ne pas être au point avant cinq ans, et il faudra plusieurs années supplémentaires avant de bénéficier des autorisations nécessaires à la mise sur le marché. »

http://www.lemonde.fr/sciences-et-environnement/article/2008/05/20/limagrain-renonce-a-experimenter-ses-mais-transgeniques-en-france_1047109_3244.html