Glenn Spencer n’est pas un inconnu. Il avait déjà présenté aux députés du Congrés des Etats-unis une vidéo tournée dans le désert du Nouveau-Mexique et présentant des soi-disant « Tapis de prière » abandonnés dans le désert par des clandestins : sous-entendu, des  musulmans (et donc terroristes) profitent des filières d’immigration illégale pour se faufiler dans notre beau pays, il faut vite armer une milice anti-clandestins pour nous protéger.

Malheureusement pour Glenn, un examen attentif de la vidéo avait montré qu’il s’agissait en fait de couvertures et de baches plastique… et un membre de la milice de Glenn avait plus tard avoué que les « tapis de prière » exhibés devant les députés terrorisés avaient en fait été apportés par Glenn lui-même, il s’agissait de simples tapis « orientaux » achetés dans un bazar…

Aux Etats-Unis, le flicage aux frontières ouvert aux internautes
[Arnaud Devillard, 01net., le 11/04/2008]
Depuis le 25 mars, l’émission de France Inter Là-bas si j’y suis, animée par Daniel Mermet, diffuse par épisodes un long reportage sur les migrants mexicains vers les Etats-Unis. L’épisode du 4 avril était consacré à Glenn Spencer. Personnage haut en couleurs, abreuvé de théorie du complot et de paranoïa, Glenn Spencer pourrait faire sourire s’il ne déployait pas une suractivité inquiétante dans la lutte contre les clandestins (sans parler de son discours aux nets relents xénophobes).

En 2002, il fonde American Border Patrol (ABP), une organisation de volontaires qui se charge de recenser (à coup de relevés d’empreintes, d’indices sur le terrain et de surveillance sur place ou en vidéos) les passages clandestins aux frontières et d’avertir les autorités, un peu trop molles à son goût.

Mais la grande oeuvre de Glenn Spencer s’appelle VirtualVigilance.org, un projet initié en 2005 utilisant Internet et des internautes volontaires. L’ABP a installé le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, dans l’Arizona, des caméras qui peuvent être actionnées par les internautes depuis chez eux, sur inscription. Il leur suffit de remplir un formulaire en ligne, sur Virtualvolunteers.net. Ensuite, pour des sessions de trente minutes, chacun peut actionner à distance l’une de ces caméras : à gauche, à droite, en haut, en bas, zoom, mise au point… Passé les trente minutes autorisées, un autre internaute prend le relais.

Le système fonctionne à partir d’une connexion à 512 kbit/s. Evidemment, il ne s’agit pas seulement de regarder. Les internautes sont invités à signaler à l’ABP les immigrations clandestines, où, quand, comment, combien de personnes. Glenn Spencer espère ainsi bâtir à terme une grande chaîne mondiale de la surveillance bénévole aux frontières, pour que vive une Amérique plus belle, plus pure, plus forte.

http://www.01net.com/editorial/377907/aux-etats-unis-le-flicage-aux-frontieres-ouvert-aux-internautes/?rss