[Le Monde Informatique – 23/04/2008]

Sous la pression, Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, a suspendu l’expérimentation du logiciel de police Ardoise *. Plusieurs associations avaient saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations et l’égalité (Halde) et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil).

Le logiciel comporte des zones à renseigner concernant la vie sociale des personnes fichées parmi lesquelles peuvent figurer de simples témoins. Parmi les intitulés des cases à cocher, on trouve « mineur en fugue », « sans domicile fixe », « personne âgée », « permanent syndical », « membre d’une secte », « transsexuel », « homosexuel »…

Le déploiement d’Ardoise a été suspendu le temps d’évaluer « la pertinence des critères retenus ». Ardoise est destiné à succéder au logiciel de rédaction des procédures (LRP) et au STIC (Système de traitement des infractions constatées). En phase de test depuis plusieurs années, le logiciel doit entrer en phase opérationnelle en 2008. Plus de 90 000 personnes devraient être formées à son utilisation.

Pour en savoir plus sur ARDOISE (Application de recueil de la documentation opérationnelle et d’informations statistiques sur les enquêtes) : voir l’excellent blog « Village de la justice » : http://www.village-justice.com/articles/Ardoise-logiciel-controverse,3655.html

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-michele-alliot-marie-suspend-le-deploiement-du-logiciel-ardoise-de-la-police-25934.html