[Gregor Seither – IES News Service – 02/04/2008]

Dans son discours de Selma, le candidat Barack Obama a pointé du doigt les fractures raciales qui accablent les Etats-unis. La fracture de la réussite (achievement gap) qui voit les Noirs et les Basanés stagner à l’école, à l’université et dans le monde du travail… la fracture médicale (health gap) qui voit la communauté Noire ravagée par des maladies et des mauvais soins que la communauté Blanche ne connaît presque pas…

Mais ces « fractures » ne sont que les plus visibles. Quiconque a vécu un minimum de temps dans les « quartiers » et les « zones oubliées » des Etats-unis, dans les ghettos urbains ou les déserts ruraux, sait qu’il y a de nombreuses autres fractures, tout aussi profondes, qui affectent jour après jour tous ceux qui n’ont pas eu la chance de naître avec la peau blanche… et que la société étatsunienne dans sa majorité, refuse de prendre en compte :

La fracture de la prison qui fait qu’il y a six fois plus de Noirs derrière les barreaux que de Blancs;

La fracture de la propriété immobilière, qui voit 72,7% des Blancs être propriétaire de leur logement, contre 48,2% de la population Noire;

La fracture de l’assurance maladie, dans laquelle 71,4% de la population Blanche bénéficie d’une couverture santé contre seulement 53,9%  de la population Noire;

La fracture du revenu, qui voit le revenu moyen annuel de la population Blanche dépasser de 20 000 dollars celui de la population Noire;

La fracture de la pauvreté,  dans une société ou 8,7% de la population Blanche vit en dessous du seuil de pauvreté, contre 24,7% de la population Noire;

La fracture du chomage,  qui fait que seulement 5,7% de la population Blanche est au chomage, tandis que 13,2% des Noirs n’a pas de travail;

La fracture du bonheur,  dans laquelle 72% des jeunes Blancs déclarent que – d’une manière générale – ils sont heureux, tandis que seulement 56% de leurs homologues Noirs pense la même chose;

La fracture de la mort violente, qui voit 49% des victimes de meurtres aux Etats-unis (presque un meurtre sur deux) être issu de la communauté Noire, alors que celle-ci ne représente que 13% de la population totale du pays.