[Gregoire Seither – IES News Service –  28/03/2008]

Pour deux chercheurs de Harvard, les mobilisations anti-guerre et les critiques publiques de l’occupation U.S. en Irak ont un « effet d’encouragement » nettement quantifiable sur les actions des insurgés. Plus la presse rapporte que des personnes aux Etats-unis critiquent la guerre, plus les attentats en Irak augmentent.

Amis pacifistes, vous savez ce qu’il vous reste à faire.. 

Dans une étude publiée en février 2008 sous le titre « Y at’il un ‘effet d’encouragement ? », Radha Iyengar, chercheur en politiques sanitaires à Harvard et  Jonathan Monten de la Kennedy School of Government affirment que quand la presse met en avant les critiques de la guerre aux Etats-unis ou publie des sondages d’opinion défavorables  à la politique militaire de l’Administration Bush, on note une augmentation – relativement faible mais néanmoins notable – des attentats contre les troupes U.S. ou contre les civils en Irak.Les auteurs notent d’ailleurs que cet effet est d’autant plus marqué dans les régions irakiennes qui ont un meilleur accès aux sources d’information. Ainsi, lors du débat sur la poursuite de la guerre, dans les semaines précédant les élections « mid-term » de novembre 2006, les attaques ont augmenté de 7 à 10% quand la couverture médiatique traitait de manière renforcée les mobilisations anti-guerre ou les doutes publiquement exprimés par certains membres de la classe politique vis à vis de la stratégie U.S. en Irak.

Etude disponible en anglais – Acrobat PDF : 

http://people.rwj.harvard.edu/~riyengar/insurgency.pdf