On revient à la stratégie impériale d’avant 1914 : créer des protectorats au coeur de l’Europe et aux marches de l’Empire, afin de contenir l’ennemi de demain…

[RIA Novosti – 26/03/2008]

Les avertissements faits par nombre d’experts avant l’indépendance du Kosovo commencent à se réaliser: tous les attributs d’une grande base militaire de l’OTAN et des Etats-Unis apparaissent en catimini sur le territoire enlevé à la Serbie. La décision du président George W. Bush de commencer à livrer des armes au Kosovo est l’un des derniers indices en date de ce processus.

Moscou a insisté sur la convocation d’une réunion extraordinaire du Conseil Russie-OTAN, qui se tiendra vendredi 28 mars à Bruxelles. D’ailleurs, il est douteux qu’il soit possible de persuader ce conseil d’intervenir, car il s’est toujours révélé peu utile. (…)

La précipitation avec laquelle le Pentagone accorde sa protection à l’oisillon encore sans plumes qu’est le Kosovo ne peut témoigner que d’une chose: l’Occident n’est pas certain que la paix règnera dans les Balkans aussitôt après la séparation du Kosovo d’avec la Serbie. Cependant, c’est bien sur la rhétorique de la nécessité de mettre fin à la crise yougoslave que l’Occident s’est appuyé pour justifier son soutien aux séparatistes kosovars. De quelle paix peut-il s’agir dès lors qu’on arme une partie contre l’autre? On est tout simplement en train de verser de l’essence sur un brasier déjà très chaud…

(…)  Les livraisons d’armes aux Kosovars sont une sorte de légalisation des futures actions des Albanais ayant pour but d’évincer la minorité serbe de la province. Autrement dit, les pays occidentaux assurent aux Kosovars la possibilité d’achever un processus déjà entamé: nettoyer la province de la population non-albanaise, mais à condition qu’ils le fassent eux-mêmes, pour éviter de compromettre les soldats de la paix de l’OTAN faisant partie de la KFOR et, à plus forte raison, l’Amérique.

Il semble également que la province du Kosovo soit appelée à devenir le premier Etat dans l’histoire se trouvant sous protectorat de l’OTAN. Les soldats de la paix de l’Alliance, au sein de la KFOR, maintiennent l’ordre dans la province depuis déjà neuf ans. Si l’on prend en considération l’admission prévue à l’organisation de l’Albanie, de la Macédoine et de la Croatie au cours du sommet de l’OTAN qui se tiendra du 2 au 4 avril à Bucarest, la province du Kosovo pourrait devenir le plus puissant appui de l’Alliance dans les Balkans. La base militaire américaine de Camp Bondsteel, la plus grande des Etats-Unis hors de leur territoire, y est déjà installée. Et le Pentagone a abordé la construction d’une deuxième base militaire au Kosovo, rappelle Elena Gouskova

http://fr.rian.ru/analysis/20080326/102303014.html