[Gregor Seither – IES News Service – 25/03/2008]
Pendant quatre ans le Kurde irakien Saman Kareem Ahmad a travaillé comme traducteur pour les forces d’occupation U.S. et était unanimement apprécié par ses employeurs. Dans une lettre de recommandation, son chef, le Capitaine des Marines Trent A. Gibson loue le « dévouement et l’abnégation de Sam » ainsi que la « qualité de son travail qui a permis de grandement faciliter le travail de nos soldats et probablement de sauver de nombreuses vies ».

La lettre de Gibson fait partie d’un épais dossier de recommandations — y compris une lettre de soutien du Général Commandant David H. Petraeus — qui permit à Ahmad d’obtenir un visa pour les Etats-Unis, en 2006, dans le cadre d’un programme d’accueil de 50 traducteurs irakiens et afghans dont l’engagement trop visible auprès des troupes d’occupation rendait dangereuse leur présence dans leur pays. Des proches membres de la famille d’Ahmad sont déjà morts à cause de la « trahison » de leur oncle et sa propre famille a été menacée à plusieurs reprises.

Le visa de séjour d’Ahmad touche à sa fin et – afin de ne pas être renvoyé en Irak, il a déposé une demande de statut de résident permanent (Green Card). Mais le mois dernier, l’administration U.S. a rejeté sa demande, l’accusant d’avoir menti sur ses engagements passés et d’avoir fait partie d’une organisation terroristes.

Son crime : dans sa jeunesse, Ahmad a fait partie du « Kurdish Democratic Party », une organisation que les autorités de l’immigration aux Etats-unis considèrent comme étant « une organisation terroriste non référencée » étant donné que « les objectifs de cette organisation étaient le renversement par des méthodes violentes, du gouvernement de Saddam Hussein ».

Oui, oui, vous avez bien lu.

La branche armée du KDP (dont Ahmad faisait partie) est aujourd’hui partie intégrante de la nouvelle armée irakienne. Allié des Etats-unis, le Parti Démocratique Kurde a des députés élus au parlement irakien et des ministres au gouvernement  de la région kurde.

Mais quand les autorités de l’immigration ont vu, sur son dossier, qu’Ahmad avait partie du KDP, comme ils ne savaient pas ce qu’était cette organisation, ils ont fait comme tout le monde : ils sont allés voir sur Internet.

« Nous avons trouvé de nombreuses informations attestant de la nature terroriste du KDP  » explique un agent de l’immigration. « En effet, sur le site de la CIA on nous apprend que le KDP a mené des attaques armées d’envergure et a incité à la rébellion contre le régime de Saddam Hussein, notamment lors de la guerre Iran-Irak, l’Opération Tempète du Désert et l’Opération Liberté pour l’Irak. La nature terroriste de cette organisation ne fait aucun doute. Nous ne pouvons pas accorder le statut de résident à une telle personne. »

Source : http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2008/03/22/AR2008032202228_pf.html