[Agoravox – 13/03/2008]

(…)

Un journaliste plus curieux que la moyenne va plus loin, beaucoup plus loin encore dans cette quête de la vérité sur ces actions horribles. Il est pourtant de la BBC, radio et télévision d’Etat, et affirme lui que des « escadrons de la mort » circulent librement à Bagdad.

On en connaît le principe : pour rejeter la faute d’un groupe sur un autre, on fait exploser quelque part une bombe qui laisse suffisamment de traces accusant l’un des deux groupes. Il ne reste plus qu’à attendre les représailles et à compter les points bien au chaud. Tout gouvernement corrompu a pratiqué un jour ce genre de sport. Un ministre irakien en place l’a même avoué « Iraq’s interior minister has admitted death squads and other unauthorised armed groups have been carrying out sectarian killings in the country. »

L’auteur apportant d’autres précisions : « The ministry of the interior in Baghdad, which is run by the CIA, directs the principal death squads. Their members are not exclusively Shia, as the myth goes. The most brutal are the Sunni-led Special Police Commandos, headed by former senior officers in Saddam’s Ba’ath Party. This was formed and trained by CIA« , dit John Pilger, qui évoque clairement une collusion entre d’anciens partisans de Saddam Hussein et les Américains !

Un comble, et bien le contraire en tout cas du langage officiel ! A deux étages, la collusion : non seulement c’est un ancien Baassiste qui aide les soldats américains, mais aussi les troupes de la mort sont sunnites et non chiites ! Une accusation gravissime !

Qui accuse des vétérans d’une bonne vieille méthode inaugurée il y a bien longtemps déjà : « According to the investigative writer Max Fuller (National Review Online), the key CIA manager of the interior ministry death squads ’cut his teeth in Vietnam before’ in Vietnam before moving on to direct the US military mission in El Salvador« … Du Vietnam à l’Irak, en passant par le Salvador. Le terrorisme a décidément souvent bon dos au pays de la liberté… A vous de vérifier davantage désormais ces informations qui fleurent tant la propagande éhontée.

Les derniers exemples en date étant l’annonce, à peu près à la même époque de l’usage d’enfants comme kamikazes ou comme leurres par les islamistes. La dépêche qui l’annonce partout est signée APS « Diplomat News Services« . Les sites qui relaient les images mettent cependant des guillemets au mot preuve (« proof »). Aussi abject, se dit-on que la version précédente des kamikazes trisomiques.

Et c’est là où ça coince : dans le propos du général américain qui explique les vidéos saisies dans un repaire… d’Al-Quaïda, on s’en doute… on explique que l’horreur, là, est religieuse : un musulman, un VRAI, ne ferait jamais ça. En poussant un peu le bouchon, certains en arrivent même à affirmer que des « terroristes » vont jusqu’à manger des petits enfants, comme au temps des contes d’Anderssen. Ne rêvez pas j’ai trouvé un site qui évoque le cas ! La propagande pour un Américain moyen se situe au niveau CM2 en moyenne !

Sachant que l’on a affaire à un extrémisme qui se réclame de l’islamisme pur et dur, on comprend bien que ce ne sont pas les enfants qui importent dans le discours, mais bien le discrédit sur une religion qu’apporte leur emploi comme kamikazes.

Les vidéos, tournées dans des cours fermées ou dans des chambres sans repère extérieur ne prouvent en définitive qu’assez peu de choses : on a déjà eu un Ben Laden filmé dans de pires conditions avec une fois la barbe grise et une fois la barbe noire, on se dit que de donner 300 dollars à un gamin pour qu’il joue au kamikaze devant une caméra ne doit pas revenir beaucoup plus cher que l’heure de Photoshop pour teindre la barbe du grand satan.

S’il n’y avait pas eu antériorité de « preuves » ainsi fabriquées, comme l’épisode des bombes vivantes trisomiques, nous aurions pu les croire sans problème, ces soldats américains, car, chaque jour, à Bagdad des femmes et des enfants se font déchiqueter par de véritables fous de Dieu, des islamistes extrêmes emportés dans leur folie destructrice.

Le problème, c’est qu’il n’y en a pas qu’une de violence. L’une se nourrit de l’autre, et inversement. Le terrorisme nourrit la guerre contre le terrorisme qui fabrique à tour de bras de nouveaux petits terroristes.

C’est pourquoi évoquer le terrorisme, dans ces colonnes, ce n’est pas en évoquer qu’un seul. A regarder les attentats qui se succèdent, soyez désormais un peu plus attentifs, et tentez de discerner au mieux ce qui est information de ce qui est pure propagande.

Je peux vous faire un aveu : pour l’attentat engageant des trisomiques, j’ai fait comme tout le monde : j’ai d’abord cru à la thèse officielle. Avant de me renseigner, et de m’apercevoir qu’encore une fois on m’avait mené par le bout du nez… le terrorisme a si bon dos pour les pouvoirs forts… »

http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=37256