Il y a de quoi s’étonner en effet…

Orange  : Les machines à voter contestées

[Le Dauphiné Libéré – 11/03/2008]

Orange, dimanche, seule ville de Vaucluse à avoir adopté le vote sur des machines électroniques depuis la présidentielle de 2007, Jacques Bompard, le maire MPF, a été réélu avec 60,97 % des voix. Mais Orange sera toujours Orange et ce dénouement au demeurant sans appel est remis en cause par les trois adversaires du maire sortant.
Jean Gatel pour le PS (21,86 %), Pascal Vielfaure pour l’UMP (12,05 %) et Michel Benlian, le chef de file de la droite dissidente (5,13 %), ont tenu une conférence de presse côte à côte, hier matin, pour s’en expliquer. « Nous sommes tous les trois républicains. Nous respectons donc le verdict des urnes même s’il est douloureux, mais ce sont les résultats quasiment identiques dans 21 des 22 bureaux de vote qui nous interpellent. Nous sommes troublés par ces similitudes entre le nombre de voix obtenues par chacun et par le fait que Jacques Bompard a affirmé tout au long de la campagne qu’il serait réélu avec 60 % des voix. Il citait également les chiffres de nos listes respectives et il s’avère que ses prévisions sont exactes. Nous n’accusons pas, nous constatons et nous nous étonnons. »

Le préfet « informé»

Les trois perdants sont ensuite allés ensemble hier après-midi à Avignon, faire part de leurs observations au préfet. «Il était normal que nous l’informions de notre démarche car nous n’excluons pas de déposer un recours en suspicion près le tribunal administratif».
Jean Gatel évoquait, sur un plan plus général, l’usage de ces matériels informatisés dont une cinquantaine de villes françaises sont équipées. « Nous souhaiterions aussi, par notre démarche, alerter sur les doutes que peuvent laisser planer ces machines. Je suis pour ma part partisan d’un retour aux bons vieux bulletins-papier glissés dans une bonne vieille urne. »

Dans les faits, qu’en est-il. Dimanche, les candidats ont enregistré, selon les bureaux, des écarts pouvant aller de 31 à 119 voix. En comparaison à l’élection municipale précédente de 2001, alors que les machines n’étaient pas en fonction, les écarts entre les cinq candidats de l’époque variaient de 43 à 177 voix.

Pour Jacques Bompard, les arguments de ses adversaires ne sont de toutes façons pas recevables. « Ces machines étaient en place pour la présidentielle. Elles ont enregistré 70 % pour M. Sarkozy. Pour ces mauvais perdants, les machines ne sont fiables que lorsque les élections leur sont favorables ? Les battus devraient avoir l’honneteté intellectuelle de reconnaître leur défaite. Les Orangeois ont choisi en toute liberté. Remettre en cause leur décision, c’est les insulter. C’est aussi se ridiculiser. »

http://www.ledauphine.com/a-orange-apres-la-large-victoire-au-1er-tour-de-jacques-bompard-les-machines-a-voter-contestees-@/index.jspz?chaine=27&article=14681&xtor=RSS-27