[Editorial – Le Monde – 04/03/2008]

Trois mois après la réunion internationale organisée par les Etats-Unis à Annapolis, le 27 novembre 2007, peut-on encore parler de processus de paix israélo-palestinien ? Après sept ans de sous-traitance du dossier palestinien aux autorités israéliennes, avec le succès que l’on sait, George Bush, soutenu par les Européens, avait imaginé un réengagement de la dernière heure, pour sauver une politique régionale naufragée en Irak.

if ( undefined !== MIA.Pub.OAS.events ) { MIA.Pub.OAS.events[« pubOAS_middle »] = « pubOAS_middle »; } Profitant de la rupture sanglante entre les islamistes du Hamas, seuls maîtres de Gaza, et le Fatah du président Mahmoud Abbas, Washington avait imaginé le plan suivant : privilégier la Cisjordanie, contrôlée par le Fatah, en faire le laboratoire d’un Etat à venir irrigué par les dons glanés lors de la conférence de Paris, en décembre 2007, pour que le Hamas, isolé à Gaza, concentre sur lui la colère et la frustration et que l’opinion publique palestinienne s’en détourne.Pour que ce plan réussisse, il aurait cependant fallu que la bande de Gaza, assiégée par l’armée israélienne depuis son retrait unilatéral en septembre 2005, disparaisse dans un oubli entretenu par les perfusions onusiennes. Il n’en a rien été, du fait des tirs de roquettes palestiniens, qui ont spectaculairement renversé l’échelle de la dissuasion au cours des deux dernières années d’une deuxième Intifada trop rapidement considérée comme une indiscutable victoire militaire israélienne. Par deux fois en quelques semaines, les tentatives israéliennes pour mettre un terme à ces tirs, qui touchent en premier lieu des civils, même s’ils sont moins meurtriers que les attentats de groupes armés palestiniens de 2001 à 2004, ont tourné à leur désavantage.

Le blocus souhaité par le ministre de la défense, le travailliste Ehoud Barak, a tout d’abord entraîné, en janvier, le dynamitage de la partie de frontière gardée par l’armée égyptienne, très méfiante vis-à-vis du Hamas, épigone des Frères musulmans que le régime de Hosni Moubarak ne cesse d’embastiller. Le retour des blindés israéliens dans les venelles du camp de réfugiés de Jabaliya, les 1er et 2 mars, n’a pas été plus fructueux que les tentatives précédentes, décimant une population civile palestinienne prise au piège sans que les tirs de roquettes cessent. De ce point de vue, le bilan s’avère même catastrophique puisque la ville israélienne d’Ashkelon, à dix kilomètres au nord de Gaza, se trouve désormais sous le feu d’un armement palestinien plus sophistiqué que par le passé et, selon Jérusalem, acquis grâce au soutien de l’Iran.

Le plan « Cisjordanie d’abord » a donc abouti à ce qu’il devait permettre précisément d’éviter : installer le Hamas au centre du jeu. A tel point que la pertinence du boycottage d’une organisation radicale, mais également capable de pragmatisme, par Israël, les Etats-Unis et les Européens, est plus que jamais sujette à interrogation.

 http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2008/03/04/incontournable-hamas_1018544_3218.html