Pour comprendre pourquoi on se scandalise de cette « filiation » de Nicolas Sarkozy avec le Groupe Carlyle – nébuleuse opaque au service du complexe militaro-industriel atlantiste et disposant de « conseillers » prestigieux (Bush père, John Major, Henri Martre, Etienne Davignon…) dans le monde entier – jetez un coup d’oeil aux sites « Stop Carlyle » : (http://stopcarlyle.ifrance.com/) ou encore cet article du Monde : L’Empire Carlyle ou du Réseau Voltaire : Le Carlyle Group, une affaire d’initiés

Oliver Sarkozy, banquier d’affaires vedette d’UBS, recruté par Carlyle

[Le Figaro – 04/03/2008]

Il est le demi-frète de Nicolas Sarkozy; mais surtout, à 37 ans, une vedette du monde bancaire new-yorkais. L’un des plus talentueux. En 2002, Credit Suisse avait tenté de le retenir avec un gros bonus. Peine perdue : UBS avait fait mieux. Et aujourd’hui c’est Carlyle, une des plus grosses sociétés mondiales d’investissement, qui s’attache son expertise, sa fibre internationale et son carnet d’adresses.

Oliver Sarkozy, jusque-là codirigeant de la branche institutions financières de la banque d’investissement UBS,copilotera dès avril l’activité mondiale de services financiers de la firme de LBO cofondée (en 1987) et dirigée par David M.Rubenstein. Et cet ancien de l’administration Carter de s’en féliciter: « L’arrivée d’Oliver à la tête de notre équipe récemment constituée va permettre à Carlyle de se positionner avec succès sur le secteur mondial et actuellement chahuté des services financiers. »

Carlyle, dont Abu Dhabi est devenu à l’automne le premier actionnaire indépendant (7,5% du capital), veut donc passer à l’offensive … «J’ai hâte de participer à cette aventure, aux côtés de Dave Zwiener (l’autre dirigeant, NDLR) et de faire de Carlyle un acteur de référence dans ce secteur d’investissement de plus en plus important »,se réjouit Oliver Sarkozy.

Comme Forbes le soulignait, si l’on a beaucoup fait état des liens du président avec les financiers français, on a peu parlé de sa proximité avec ce demi-frère new-yorkais, brillant et influent. Pierre-Olivier (son vrai prénom) était présent à Paris le 6 mai pour fêter sa victoire et, lors de son voyage présidentiel à NewYork, ce dernier avait organisé une grande soirée en son honneur.

Grand, élégant et avenant, ce père de deux enfants, marié à une Française (une nièce du Pr Jean Bernard), est le fils de Paul Sarkozy et de Christine de Ganay, remariée ensuite à un diplomate américain. Enfance voyageuse et diplôme en histoire médiévale de la prestigieuse St. Andrews University en poche, ses premiers pas dans la finance chez Dillon, Read & Co l’ont mené loin. À son palmarès, d’importantes transactions bancaires comme la vente de MBNA ou d’US Trust à Bank America ou encore la fusion de Mellon avec Bank of New York.