[Amnesty International – 29/02/2008]

Maher Rafat al-Quwari est un Palestinien apatride. Il a été arrêté en Afghanistan par des soldats U.S. qui – du fait de son origine – l’ont soupçonné d’être un « combattant djihadiste ».  Il a été envoyé à Guantanamo à cause de cela… mais les autorités U.S. ont vite réalisé qu’ils avaient fait une erreur.

Cela fait plus d’un an que Maher a appris par son avocat qu’il est libérable de Guantánamo – où il est maintenu prisonier pendant 22-23 heures par jour dans une cellule au murs en acier, sans fenêtre. IL n’a presque pas de contact avec l’extérieur.

Mais voilà, Maher n’a pas de nationalité et pas de papiers attestant sa résidence dans un pays – alors les U.S. argumentent qu’ils n’ont pas de pays où le renvoyer pour continuer à le garder emprisonné – il est dans une situation kafkaienne.

« Je suis palestinien, j’ai une femme et deux enfants et nous n’avons pas de papiers d’identité officiels. Je voulais m’adresser à l’ONU pour régler ce problème. C’est pour cela que nous sommes allés vivre dans un pays où il n’était pas important si vous n’aviez pas de papiers d’identité en règle. C’est pour cela que nous sommes allé vivre en Afghanistan. »

Cette décision, Maher l’a chèrement payée. Trop chèrement. Et nous vous demandons de prendre dix minutes de votre temps et d’écrire une lettre aux autorités US afin de demander la libération le plus rapidement possible de Maher ainsi que son renvoi dans un pays où lui et sa famille pourront vivre en sécurité. Les U.S. ont le devoir de réparer leur erreur et d’assurer la sécurité de Maher, c’est un devoir qu’ils ont négligé jusqu’à présent.

Pour vous aider dans la rédaction de cette lettre, nous avons mis en ligne une page explicative avec toutes les informations nécessaires à cette adresse :

http://www.unsubscribe-me.org/nonuk.php?