Crach banquier dans Second Life[Wall Street Journal – 25/01/2008 – Trad. Grégoire Seither]

Dans le monde réel, les banques subissent la crise du subprime. Dans le monde irréel de Second Life, la fermeture d’une douzaine de banques virtuelles a entraîné des pertes financières bien réelles pour des milliers de personnes. Linden Lab, la société qui gère cet univers électronique parallèle, a annoncé la semaine dernière la fermeture d’autorité d’une douzaine d’entreprises financières fondées avec l’argent bien réel d’une partie des 12 millions de membres inscrits à Second Life. La société a justifié sa décision en se basant sur des plaintes de membres a qui les « banquiers virtuels » avaient promis des intérêts substantiels sur leurs dépôts, avant de se défausser.

Second Life est un monde virtuel en-ligne où les joueurs peuvent créer de nouvelles identités pour eux-mêmes — des avatars. Ces avatars peuvent acheter des terrains, créer des activités commerciales ou bien construire des immeubles. Si tout cela est virtuel, il y a néanmoins un lien vers l’économie réelle : pour acheter des choses, les citoyens de Second Life alimentent leur compte en-ligne à l’aide de leur carte de crédit ou bien via Paypal, le service de paiement en ligne d’eBay. L’argent est alors converti en « Linden dollars, » qui peuvent être déposés sur des comptes de banque virtuels, à l’aide de distributeurs de billets présents dans le jeu. De la même manière, les « Linden Dollars » peuvent être échangés contre des vrais dollars via la bourse en ligne, le « Linden Exchange ». Le taux de change du L$ varie quotidiennement.

Si le Linden Exchange est une création de Linden Labs, propriétaire du monde virtuel, les banques virtuelles par contre ont été crées sur Second Life par d’autres joueurs, qui ont attiré les dépôts en proposant des taux d’intérêts attractifs. Mais, si certaines banques ont effectivement payé des intérêts à leurs clients, comme promis, un certain nombre d’institutions financières ont utilisé l’argent dépose par leurs clients pour réaliser des opérations hasardeuses sur Second Life, voire pour des mises dans les casinos et courses de chevaux virtuels. La nouvelle réglementation bancaire mise en oeuvre par Second Life prévoit que seules les banques autorisées pourront ouvrir des guichets sur SL – mais pour l’instant aucune banque « officielle » ne s’est encore risquée dans ce monde virtuel pour proposer ses services aux joueurs.

La faillite de ces banques peu fiables ou frauduleuses à déclenché une panique boursière bien réelle dans le monde virtuel. Si certains joueurs ont réussi à retirer leur argent, ils sont très nombreux à avoir découvert qu’ils ne peuvent plus retirer de Linden Dollars depuis les distributeurs de billets en-ligne. En résultat ils ne peuvent plus ni acheter quoi que ce soit sur SL, ni convertir leur argent virtuel en dollars sonnants et trébuchants Pour l’instant la société Linden Lab refuse de dire combien de membres ont ainsi perdu leur argent, mais lors d’un crach précédent, en Aout dernier, les clients des banques virtuelles sur Second Life ont perdu environ 750 000 dollars bien réels.

http://online.wsj.com/article/SB120104351064608025.html?mod=technology_featured_stories_hs