[Gregoire Seither – IES News Service – 09/01/2008]
Toute la presse internationale s’est ruée sur bombe médiatique publiée dimanche dernier par Sibel Edmonds dans le Sunday Times de Londres et qui décrit en détail comment des hauts fonctionnaires U.S. et des membres du consortium militaro-industriel ont aidé la prolifération de secrets nucléaires vers l’Iran, la Lybie, la Corée du Nord et peut-être même Al-Qaïda. Des quotidiens réputés comme « The Times of India », « Pakistan Daily Times », « Iran PressTV », Haaretz (Israel) ou encore le « Daily News » de Turquie en ont informé leurs lecteurs et ont publié leur propre enquête.

Aux Etats-Unis et en France l’information a été reprise par les journaux suivants :

Oui, vous avez bien lu. Personne. Aucun journal. Aucun média en dehors de la blogosphère. En France c’est d’autant plus surprenant que le film relatant l’affaire (« Une Femme à abattre ») avait été vu par de nombreuses personnes sur CanalSat.

La presse U.S. et française est elle vassalisée ?

Interviewée par « The BRAD BLOG » mardi soir, Sibel Edmonds a déclaré que, depuis la parution de l’article dans le Sunday Times, son téléphone n’a cessé de sonner. « J’ai reçu des coups de fil de très nombreux journalistes des quatre coins de la planète et la rédaction du Sunday Times a été inondée d’appels et de demandes de renseignements de la part de leurs confrères. Par contre, en ce qui concerne la presse états-unienne, personne n’a appelé. Aucun journaliste, aucune agence, aucun journal… rien.«