[Actualites – ZDNet.fr – 11/12/2007]
L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle arbitre un nombre croissant d’affaires de « cybersquatting » un peu particulières. Il s’agit de noms de domaine détournés pour informer le public sur certains agissements d’entreprises ou d’institutions.

L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle (OMPI) tolère le « cybersquatting » lorsque cette pratique est utilisée à des fins de liberté d’expression, notamment pour protester contre des services ou des produits proposés par des entreprises.

Selon Erik Wilbers, directeur du centre d’arbitrage et de médiation à l’OMPI, le jury de l’organisation est divisé mais penche de plus en plus pour permettre à ces sites d’exister.  Et de citer le cas de l’affaire chelwest.com, un site créé par un particulier, Frank Redmond, pour dénoncer l’hôpital public Chelsea and Westminster de Londres, où il estime que sa fille a été très mal soignée.

http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39376382,00.htm