[emcee-blog dimanche 9 décembre 2007,]
A une époque inquiétante où les libertés sont, chaque jour, plus menacées, où les lois et les décisions qui se succèdent sont de plus en plus discriminatoires, où les pouvoirs publics ne trouvent des réponses que dans la répression et dans l’appel à la délation – au mépris des lois de la République et des enseignements de l’histoire, où la parole n’est donnée qu’à ceux qui les cautionnent et où les contre-pouvoirs, soucieux de conserver leurs confortables prérogatives, sont inexistants, il est temps que les citoyens se fassent entendre.
Des voix, timides, s’élèvent.

Dans l’article qui suit, c’est celle d’un citoyen américain pas ordinaire.

« How to Really Love Your Country: Five Objectives for True Patriots », par Paul Buchheit, AlterNet. 4 décembre 2007

Comment vraiment aimer votre pays: cinq objectifs pour être un véritable patriote

Tout au long de l’histoire, certains des défenseurs de la liberté les plus respectés estimaient que le patriotisme supposait de privilégier la réflexion plutôt que l’acceptation aveugle de la norme.
Socrate, Henry David Thoreau et Martin Luther King Jr. ont tous préconisé la lutte active pour que leur pays adopte les règles de conduite suprêmes, de la part du gouvernement et des citoyens eux-mêmes.
Il y a certes de la marge pour une amélioration en Amérique.

Voilà les cinq premiers candidats à la réflexion en lieu et place de l’acceptation aveugle.

1. La façon dont nous dépensons notre argent.

Les dépenses militaires annuelles des Etats-Unis représentent près de la moitié des dépenses mondiales qui s’élèvent à plus de mille milliards de dollars, et, malgré cela, le président Bush a approuvé une nouvelle augmentation record du budget de la défense américaine pour 2008.
Le coût total des conflits en Afghanistan et en Irak est estimé à 811 milliards de dollars, bien plus que les 518 milliards de dollars dépensés au Vietnam. Les Démocrates qui siègent au Congrès américain estiment qu’une famille américaine moyenne de quatre personnes a contribué à hauteur de 20.000 dollars à la guerre au Moyen Orient.
Alors que 40% des impôts – environ 5000 dollars par an – de chaque citoyen américain sont consacrés à l’équipement militaire pour nous défendre contre nos ennemis de la Guerre Froide, nous n’avons dépensé (en 2005) qu’un dixième du 1% de notre PIB aux infrastructures, par rapport à 9% en Chine. L' »American Society of Civil Engineers » (ASCE) (« Société américaine de génie civil ») a noté entre 5 et 7/20 la qualité de notre eau de consommation courante, de nos voies navigables, et de notre réseau électrique.
Chaque fois que notre réseau électrique nécessite des réparations, que nos routes ou nos ponts tombent en décrépitude, l’argent nécessaire à les remettre en état part pour l’Irak ou dans la poche d’alliés instables au Pakistan ou en Arabie Saoudite.

2. Ce que nous offrons au monde

D’après le Service de Recherche du Congrès Américain, près de la moitié des armes à feu vendues en 2005 aux pays en développement provenait des Etats-Unis.
En 2003, 20 des 25 premiers bénéficiaires des ventes d’armes américaines dans les pays en développement ont été déclarés par le rapport du secrétariat d »état américain anti-démocratiques ou ne respectant pas les Droits de l’Homme.
Les Etats-Unis ont vendu des armes à 18 des pays engagés dans des conflits actifs en 2003.
Nous avons armé les deux parties en guerre entre l’Inde et le Pakistan, l’Irak et l’Iran, la Grèce et la Turquie, l’Arabie Saoudite et Israël, le Pérou et l’Equateur, la Chine et Taiwan, et Israël et le reste du Moyen Orient. En Arabie Saoudite, les Etats-Unis ont fourni des armes pour défendre la monarchie contre d’autres Saoudiens également armés par les Etats-Unis.

3. Les populations qui nous indiffèrent.

Parallèlement à notre engagement dans la guerre au Moyen Orient, des populations au Nigeria subissent le brûlage de gaz naturel 24h/24 et la pollution de l’air et de l’eau engendrés par nos propres compagnies pétrolières, en même temps que des jeunes gens en colère arpentent les rues avec des armes à feu parce qu’ils ne trouvent pas de travail.
En Inde, des enfants de dix ans prennent des coups de fouet dans des fabriques de textiles où ils confectionnent nos vêtements sans percevoir de salaire. Au Congo, il y a des enfants qui travaillent 12 heures par jour à extraire de l’oxyde d’étain dans des mines toxiques et envahies de poussière, cela pour quelques piécettes par jour afin que nous puissions disposer de téléphones cellulaires.
Un jeune garçon congolais appelé Muhanga Kawaya nous raconte ce que les enfants doivent subir pour extraire du minerai destiné à nos téléphones portables. Il y a de nombreuses raisons à cela, mais une des raisons essentielles c’est que les multinationales ne se préoccupent pas des droits de l’homme.
« Dans le trou, il faut ramper, se comprimer, et rentrer le ventre le plus possible pour arriver à l’intérieur. Le danger suivant, ce sont les énormes rochers au dessus; souvent ils nous enterrent et quand ils bougent, c’est la mort instantanée. Ensuite il y a l’obscurité. Et puis, il n’y a pas d’air. Une fois qu’on est à plus de 60 m de profondeur, il n’y a plus du tout de circulation d’air. A vous de vous débrouiller pour respirer. En vous glissant dans ce trou minuscule, en vous aidant de vos bras et vos doigts pour vous accrocher et avancer. Il n’y a pas assez d’espace pour creuser correctement et vous vous écorchez sur tout le corps. Et, enfin quand vous remontez à la surface avec la cassitérite, il y a des soldats armés qui vous attendent pour la récupérer. Ce qui veut dire qu’il ne vous reste rien pour vous acheter à manger ».

4. Nos styles de vie.

Nous les Américains, nous représentons 5% de la population mondiale mais nous utilisons 25% de la production du pétrole mondial. La superficie moyenne d’une habitation en Amérique est passée de 300 m2 (1,000 square feet) à plus de 700 m2 (2,400 square feet) depuis 1950, alors que la taille de la famille a baissé régulièrement.
Nos grosses cylindrées consomment en moyenne moins d’essence, cependant, nous faisons 24% de route en plus qu’en 1980. Nous utilisons autant d’essence à rouler au ralenti dans le flot de circulation que la production annuelle de la Guinée Equatoriale, 3° producteur de pétrole en Afrique subsaharienne.
L’empreinte écologique quantifie la surface nécessaire à un être humain pour sa consommation personnelle et pour l’élimination de ses déchets.
L’empreinte écologique d’un individu dans le monde est en moyenne de 2,5 hectares (5.5 acres), Hormis les 3 millions de personnes qui vivent dans la République Arabe Unie, les Etats-Unis ont l’empreinte écologique la plus élevée au monde, avec plus de 10 hectares (25 acres) par habitant pour une population de 300 millions de personnes.
Si tous les habitants de la planète consommaient autant que les Etats-Unis, il faudrait 4 planètes pour satisfaire les besoins de tous.

5 Les disparités croissantes entre les revenus

D’après les nombreuses études récentes, le revenu et la valeur nette des ménages ont baissé pour tout le monde depuis les années 70, sauf pour les dix pourcents les plus riches.
Une famille moyenne avec deux revenus a moins de revenu disponible que les familles à un seul revenu il y a trente ans, en grande partie à cause de la forte hausse des prêts immobiliers, de l’assurance santé et des coûts pour la garde des enfants.
Certains cadres de compagnies pétrolières et de la défense militaire ont perçu jusqu’à 100 millions de dollars en 2006. Certains gérants de fonds alternatifs ont touché plus d’un milliard de dollars en 2006. Un employé qui touche 50.000 dollars par an, gagnerait au bout de 50 ans approximativement ce qu’un gérant de fonds alternatifs gagne en un jour.
Et les impôts aggravent encore la situation.
Quand on ajoute les cotisations sociales, la taxe de vente, le coût des transports et les charges pour l’eau, l’électricité et le gaz, le salarié lambda débourse environ 40% de son salaire pour l’ensemble des charges.
Un gérant de fonds alternatifs, lui, paie 15% de charges.
De plus, chaque contribuable donne environ 500 dollars par an pour compenser les réductions d’impôts pour les 1% les plus riches.

Alors, que pouvons-nous y faire?
Des sondages récents (de 2007) de BBC World Service et du * »Pew Research Center » montrent comment le jugement sur la place des Etats-Unis s’est constamment détérioré dans le monde.
Cette opinion s’est dégradée non seulement dans les pays du Moyen-Orient, mais également chez ses alliés traditionnels comme l’Allemagne, la Grande-Bretagne, ou la France.
Peut-être, et c’est inquiétant, cet anti-américanisme n’est-il plus seulement dirigé contre le gouvernement américain mais de plus en plus contre les Américains également.

Il faut que nous procédions à des changements. Que pouvons-nous faire?

Trouver un candidat aux présidentielles qui a le courage de résister aux militaires et aux exportateurs d’armes, qui va s’assurer que les multinationales respectent les droits de l’homme, et qui supprimera les réductions d’impôts et les allègements fiscaux sur les plus-values pour les riches.

Et au lieu de rejeter la faute sur l’Etat uniquement, nous ferions bien de nous pencher sur notre propre demande croissante de biens de consommation et de confort qui nous permettent d’avoir un niveau de vie plusieurs fois supérieur à la grande majorité des habitants de la planète.

Paul Buchheit is a professor with the Chicago City Colleges, co-founder of Global Initiative Chicago (GIChicago.org), and the founder of fightingpoverty.org. He is the editor and main contributor to the forthcoming book American Wars: Illusions and Realities

Notes:

Le *Pew Research Center est un organisme indépendant qui scrute chaque année l’opinion internationale dans plusieurs domaines.

** Si vous voulez refaire les calculs, n’hésitez pas. Ma calculette est comme mon clavier: elle n’en fait qu’à sa tête.
1 acre=0.4 hectares
1 hectare=2471 acres
1 foot (pluriel: feet) ~ 30 cm (square feet: – au carré)

Notes annexes

Empreinte écologique. Rapport très complet WWF
http://www.wwf.be/eco-footprint/fr/

Et puis, je suis tombée sur ça:
Lettre ouverte au peuple de France.
http://futurquantique.org/index.php?option=com_content&view=article&id=264%3Alettre-ouverte-au-peuple-de-france&Itemid=103
Excellent billet.

……………………………………………………………………………………………………………………………..
Et maintenant, une réflexion sur la désobéissance à la loi:

« La démocratie, ce n’est pas seulement le respect du vote majoritaire: c’est aussi le respect de l’État de droit et de quelques principes fondamentaux. Car, contrairement à ce qu’affirmait une formule devenue célèbre, on n’a pas « juridiquement tort  » du seul fait que l’on est  » politiquement minoritaire « .

Même une majorité régulièrement élue ne saurait légitimement adopter une disposition contraire à la Déclaration des droits de l’Homme, aux grands principes constitutionnels, aux conventions internationales signées par la France, etc.

Certaines formes de désobéissance civile peuvent donc se justifier, contre la décision prise à un niveau, comme une sorte de procédure d’appel à un niveau supérieur de légalité » ».

Citation tirée de « Qu’est-ce que la désobéissance civile? » Christian Mellon
http://www.non-violence-mp.org/la%20nonviolence_fichiers/mellon.htm

Jusqu’où obéir à la loi ?
http://www.monde-diplomatique.fr/2006/04/ALBALA/13351

Désobéir à la loi, dans une démocratie. Site LDH-Toulon.
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article2086
“Désobéir à la loi pour obéir à l’humanité”, par Jean-Pierre Dubois, président de la LDH (‘Les lois ne suffisent pas à garantir les droits »).
http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article2397

Désobéissance civile
http://www.irnc.org/NonViolence/Dictionnaire/Items/4.htm

Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen du 26 août 1789 « Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression ».
http://www.conseil-constitutionnel.fr/textes/d1789.htm

Publicités