[Le Monde Informatique 22/11/2007]
Conçus pour inspecter nos courriers électroniques, analyser notre navigation sur le Web et de manière générale espionner tous les fichiers à la recherche du moindre indice qui laisserait entendre qu’on est victime d’une attaque, les anti-virus pourraient être la porte par laquelle entreraient les virus… C’est du moins les conclusions d’une enquête menée par la société de conseil allemande n.runs AG, spécialisée notamment dans la sécurité.

D’après Thierry Zoller, consultant en sécurité de n.runs AG, les entreprises qui essaient de renforcer leur sécurité en multipliant les anti-virus ne font en fait qu’accroître les risques. Son enquête démontrerait en effet que les anti-virus contiennent des ‘parseurs’ (ou analyseurs de code), programmes indispensables pour ouvrir des fichiers de format, susceptibles de comporter des bugs, lesquels pourraient être facilement exploités par des programmes malveillants.

Menée sur deux ans, l’enquête aurait démontré que la majorité des grands acteurs du marché de l’anti-virus sont touchés par ces bugs, Thierry Zoller affirmant avoir trouvé plus de 80 bugs différents dans les parseurs des logiciels d’anti-virus qui n’ont pas été corrigés. La plupart de ces bugs autoriserait l’exécution de code malveillant sur un système.

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-les-antivirus-aussi-vulnerables-que-les-logiciels-qu-ils-protegent-24656.html