Le plus intéressant de cet article est la phrase de Breteau : « Faire du Darfour une priorité… »

Quand on sait à quel point le Darfour est exploité par la manipulation néo-con pour affaiblir l’Europe et s’emparer des réserves pétrolières dans la région (notamment à travers le lobbying de Powell et de la Fondation Baker), il ne serait pas surprenant que Kouchner et ses amis néo-cons français aient voulu – en laissant faire les guignols de l’Arche de Zoé – monter une petite opération de communication au bénéfice de leurs amis à Washington :

Les « bons blancs » Occidentaux qui s’en vont sauver de la « barbarie islamiste » de pauvres petits noirs tous mignons…. voilà qui aurait fait une jolie couverture de Paris Match pour renforcer chez les français l’idée de guerre des civilisations et nous pousser un peu plus dans le camp des faucons US…

[Le Canard enchaîné – 14/11/2007]
La très inhabituelle discrétion de Kouchner sur l’équipée de l’Arche de Zoé s’explique peut-être par cette embarrassante lettre datée du 13 juillet et adressée à Laurent Contini, son conseiller pour l’Afrique.

Eric Breteau, le président de l’Arche de Zoé, y remercie son « cher Laurent» de « l’excellent accueil» qu’il a reçu au Quai d’Orsay le 4 juillet. Dans ce courrier, Breteau parle clairement d’une »opération d’évacuation des orphelins du Darfour » pour laquelle il promet – pieux mensonge – « un cadre strictement légal ».

Plus loin on comprend que le ministère émet des réserves, mais Breteau y répond par avance: « Comme évoqué lors de notre entretien, nous avons pleinement conscience des possibles répercussions de cette opération humanitaire ( … ). Faire du Darfour une priorité reste l’objectif partagé par le ministère que vous représentez et notre organisation humanitaire. »

Mieux encore, Breteau prend un autre engagement : « C’est dans cet esprit que nous collaborerons discrètement avec vos services, écrit-il, afin que vous disposiez d’un maximum d’informations vous permettant, au besoin, d’intervenir dans les meilleures conditions. »

Lettre de Eric Breteau au chef de cabinet de Kouchner

Et Breteau de conclure par l’évocation d’un autre courrier en date du 11 juin :
« Nous joignons à la présente la copie de la lettre adressée le 11 juin dernier à monsieur le Ministre des Affaires étrangères pour l’informer de notre opération ».

Contacté par « Le Canard », le cabinet de Kouchner se défend ainsi:  » M. Breteau a été convoqué le 4 Juillet au ministère, Laurent Contini lui a clairement exposé notre désaccord et nos mises en garde. Nous avons également multiplié les communiqués publics à l’intention des familles en France et alerté tous ceux qu’il contactait en leur répétant de se méfier. Nous ignorons pourquoi M. Breteau a écrit en ces termes ! »

Alors, dans cette lettre, tout serait faux d’un bout à l’autre ? Pourquoi ce  » cher Laurent » n’a-t-il pas répondu par écrit devant tant de mensonges ? Surprenant ! « Notre réponse, précise-t-on avec embarras chez Kouchner, a été un signalement de cette affaire au procureur de la République, par une note de Mme Rama Yade dès le 9 juillet! Une fois la justice saisie, nous n’avions plus à avoir de relations avec M. Breteau »

Légère contradiction: le 31 juillet, Breteau est pourtant convoqué par la directrice de cabinet de Rama Yade et à nouveau averti, devant témoins, de « l’illégalité » de l’opération.

Qu’aurait pu faire de plus l’équipe du Quai d’Orsay ? Par exemple, accorder les violons entre les services de Yade et ceux de Kouchner. Et puis, peut-être, lancer l’alerte au Tchad quand il en était encore temps