Après la peste du « politiquement correct » qui a détruit la recherche en sciences humaines aux USA, voici le cancer du « je vais pas chercher plus loin » qui risque d’aboutir à des génération de chercheurs crétinisés, avalant la pensée unique du moment et incapable d’aller fouiller dans les archives poussièreuses… là où se font les vraies découvertes scientifiques, historiques et sociales.

[Gregoire Seither – IES News Service – 09/11/2007]
Une étude réalisée aux Etats-unis tenderait à démontrer que les étudiants chercheurs utilisent essentiellement des ressources d’information en ligne pour faire leurs recherches, et parmi celles-ci, de préférence celles qui leur fournissent des données rapidement, sans devoir les rechercher trop longtemps.

En conséquence, si la base d’information n’est pas numérisée ou si son accès est un peu plus compliqué (bases non reliées à Internet, systèmes de consultation anciens, interfaces austères…) ils se détourneront des bibliothèques pour ne travailler qu’à partir de Google et de Wikipédia.

Problème : ces bases de données « non-connectées » représentent 80% des ressources d’information sur la planète – c’est pour cela qu’il est appelé le « Web Invisible ».

L’étude « Observing Students in their Native Habitat », a été réalisée par la société ProQuest, fournisseur de bases de données pour bibliothèques et chercheurs (NdL&I : ce qui doit nous inciter à prendre leurs informations avec un peu de recul, leur boulot étant de vendre des numérisations de ressources aux universités). Elle a consisté à suivre un groupe représentatif d’étudiants dans plusieurs disciplines et sur plusieurs campus étatsuniens afin d’analyser leur méthode de recherche d’informations dans le cadre de leurs études et travaux.

La plupart des étudiants a indiqué utiliser les bases de données scientifiques et universitaires pour son travail. Mais les étudiants ont également précisé qu’ils se rabattaient sur Google/Wikipedia s’ils rencontraient des problèmes dans la navigation des interfaces de la base, s’ils étaient confrontés à des liens peu explicites, à des modes d’emploi ou des manipulations nécessitant un temps de d’apprentissage… ou tout simplement s’ils n’arrivaient pas à trouver rapidement et accéder facilement à des bases de données ou des ressources d’informations en bibliothèque qui traitaient de leur besoin particulier.

http://www.streetinsider.com/Press+Releases/ For+College+Students+Time+Management+is+Biggest+ Research+Issue,+says+ProQuest+Study/3089578.html

Publicités