Lisez l’article complet, c’est TRES intéressant !
Mais il manque juste un truc : compte tenu de la démographie du pays, la langue TURQUE devrait avoir une place majeure en Europe dans les 20 prochaines années. Or elle ne figure nulle part dans les études de l’équipe LEAP.

 

[Global Europe Anticipation Bulletin – 15/04/2007]

L’équipe LEAP/E2020 conduit depuis plus d’une décennie une analyse de terrain très approfondie des tendances lourdes affectant la sphère linguistique dans l’UE. Au-delà de l’intérêt culturel de tels travaux, LEAP/E2020 les conçoit également comme des outils d’aide à la décision tant individuelle (parents pour l’éducation de leurs enfants) que collective (institutions publiques éducatives, universités, états, entreprises internationales).

Dans le cas de l’UE, l’équipe LEAP/E2020 a identifié cinq facteurs-clés qui vont façonner le visage linguistique de l’UE d’ici une génération:

  • 1. Le grand retour de la langue allemande :
  • 2. La revitalisation de la langue française :
  • 3. La fin de l’Anglo-Américain comme langue hégémonique de la modernité :
  • 4. L’entrée de la langue russe au « purgatoire » linguistique européen :
  • 5. La montée en puissance de la langue espagnole à l’international :

Ces tendances seront renforcées par les exigences croissantes de communication intra-européenne, caractérisée par la montée en puissance d’acteurs collectifs ou individuels ne pouvant pas avoir recours à des traductions onéreuses et s’appuyant donc fortement sur la maîtrise dite « passive » (compréhension) d’une langue étrangère, facilitée par le recours à une langue de la même famille linguistique. Parallèlement, l’autre tendance dominante sera l’utilisation croissante de systèmes de traduction automatique afin de pouvoir diffuser des textes multilingues à grande échelle et à faible coût.

En conclusion, si la matrice linguistique de l’UE à l’horizon 2025 continuera à s’inscrire dans la logique de la parole d’Umberto Eco “La traduction est la langue de l’Europe”, pour LEAP/E2020 se dégage un paysage linguistique clair (qui sera bien entendu modulé selon les secteurs d’activité), sur fond de vivacité des langues nationales et régionales, très en rupture avec l’opinion dominante des élites communautaires actuelles (4) :

  • 1. Quatre langues trans-européennes dominantes, Anglais-Allemand-Français-Russe, dont trois seulement seront officielles (le Russe ne le sera évidemment pas) et dont deux seront les langues sélectives de l’élite de l’UE dans vingt ans (Français et Allemand, puisque l’Anglo-Américain ne sera plus socialement discriminant).
  • 2. Trois langues européennes internationales, Anglais-Français-Espagnol.

http://leap2020.eu/Quelles-langues-parleront-les-Europeens-en-2025-Tendances-lourdes-des-nouveaux-equilibres-linguistiques-dans-l-UE-d-ici_a1033.html