Le président de l’Université Saint-Thomas admet avoir pris une mauvaise décision et invite Desmond Tutu sur le campus.

[ISM – 12/10/2007]

« (…) Dans l’Amérique d’aujourd’hui, il est clair que Jésus-Christ serait un orateur très « controversé ». Il recommandait qu’on ne fasse pas aux autres ce qu’on ne voulait pas qu’on nous fit – une exhortation avec laquelle les appréciations « controversées » de l’Archevêque Tutu sur le traitement du peuple palestinien par Israël concordent totalement(…) ». John V. Whitbeck, avocat international

Suite à mon message du 5 octobre au sujet de l’annulation, par l’Université Saint-Thomas à Minneapolis, de l’invitation à une conférence au lauréat du Prix Nobel pour la Paix et moteur de campagnes pour les droits de l’homme Desmond Tutu, la lettre transmise ci-dessous est une vraie bonne nouvelle.

Toutefois, dans sa lettre « humble et fière », le pusillanime président de l’Université catholique continue de qualifier d’orateur « controversé » l’un des exemples moraux reconnus au niveau mondial – et, il est triste de dire qu’aujourd’hui, en Amérique, c’est ce qu’il est.

Dans l’Amérique d’aujourd’hui, il est clair que Jésus-Christ serait un orateur très « controversé ». Il recommandait qu’on ne fasse pas aux autres ce qu’on ne voulait pas qu’on nous fit – une exhortation avec laquelle les appréciations « controversées » de l’Archevêque Tutu sur le traitement du peuple palestinien par Israël concordent totalement.

Plus troublant encore, cette proposition radicale implique que les autres devraient (ou sont au moins moralement justifiés à) faire à l’Amérique ce que l’Amérique leur fait. Ce qui serait clairement considéré par le pouvoir comme étant une incitation au « terrorisme ».  Jésus-Christ ne serait pas seulement interdit de conférence à l’Université Saint-Thomas. Il ne pourrait pas non plus obtenir de visa américain. Et s’il persistait dans de telles incitations, il est vraisemblable qu’il finirait à Guantanamo.

Le président de l’Université Saint-Thomas dit qu’il a pris une mauvaise décision, il invite Tutu sur le campus.

Le Père Dennis Dease, président de l’Université St. Thomas, a demandé que la lettre ci-dessous soit envoyée aux étudiants, professeurs et personnel de St. Thomas :

« Chers membres de la communauté de St. Thomas,

L’une des forces de l’université est l’opportunité qu’elle fournit de parler librement et d’être ouvert aux autres points de vue sur une grande variété de sujets. Et, dois-je ajouter, de changer d’avis.

C’est pourquoi je me sens à la fois humble et fier de transmettre une invitation à l’Archevêque Desmond Tutu pour qu’il vienne parler à l’Université de St. Thomas.

J’ai longuement réfléchi sur ce qu’il est juste de faire dans cette situation, et j’en ai conclu que j’ai pris la mauvaise décision plus tôt cette année en n’invitant pas l’archevêque. Malgré mes bonnes intentions, je n’étais pas en possession de tous les faits et points de vue, mais maintenant, je les ai.

PeaceJam International peut choisir de conserver les arrangements alternatifs qu’il a fait pour sa conférence d’avril 2008, mais je veux que l’association et l’Archevêque Tutu sachent que nous serions honorés d’organiser la conférence à Saint-Thomas.

De toutes façons, St. Thomas enverra une invitation à l’Archevêque Tutu pour qu’il participe à un forum destiné à favoriser le dialogue constructif sur les questions qui ont été soulevées. J’espère qu’il acceptera mon invitation. Le Conseil en Relations de la Communauté Juive du Minnesota et des Dakotas a accepté d’être le co-sponsor du forum, et je pense que d’autres organismes se joindront également en tant que co-sponsors.

Les détails sur les thèmes à aborder seront déterminés plus tard, mais j’espère une discussion sincère sur comment une société civile et démocratique peut se lancer dans un débat raisonné sur le conflit israélo-palestinien et autres questions à forte charge émotionnelle.

Je souhaite également encourager un examen consciencieux des politiques de St. Thomas au sujet de discours controversés et d’orateurs controversés. Par le passé, nous avons été critiqués, à l’extérieur comme à l’intérieur, lorsque nous avons invité des orateurs controversés sur le campus – comme lorsque nous ne l’avons pas fait. Au lieu de nous contenter d’aller d’une controverse à l’autre, cette université pourrait peut-être jouer un rôle positif en encourageant une discussion profonde sur des questions difficiles et très sensibles. Nous pourrions également réfléchir à la manière d’expliquer plus clairement, dans nos règles et nos pratiques, notre engagement pour que la courtoisie prévale lorsque nous discutons de tels sujets.

J’ai demandé au Dr. Nancy Zingale, professeur en sciences politiques et mon ancienne conseillère exécutive, de superviser le programme du forum. Si vous avez des suggestions à faire sur les thèmes ou les participants, merci de prendre contact avec elle à nhzingale@stthomas.edu.

J’espère sincèrement que l’Archevêque Tutu acceptera notre invitation. J’éprouve un immense respect pour son témoignage de foi, pour ses réalisations humanitaires et en particulier pour avoir été un des leaders qui ont aidé à mettre fin à l’apartheid en Afrique du Sud.

Avec mes sincères salutations,
Père Dennis Dease
Président. »