Jean Ziegler et la faim du monde

[Le Temps de Genève – 25/10/2007]
Le sociologue genevois prononce ce jeudi un important discours devant l’Assemblée générale de l’ONU en tant que rapporteur pour le droit à l’alimentation. Portrait.

Dénoncer le scandale. A 70 ans passés, Jean Ziegler gravira une nouvelle fois les marches d’une tribune, ce jeudi 25 octobre, pour dénoncer le scandale. Et quel scandale! Devant quelle tribune! A titre de rapporteur de l’ONU pour le droit à l’alimentation, il pourfendra devant l’Assemblée générale des Nations unies à New York l’injustice réservée aux quelque «854 millions de personnes» qui souffrent de la faim aujourd’hui sur la Terre. Un chiffre, insistera-t-il, qui augmente chaque année depuis 1996. Et ce, bien que les moyens existent de nourrir 12 milliards d’êtres humains, le double de la population mondiale actuelle.

Que faire? Un rapporteur est censé le dire. Et Jean Ziegler le fera à sa manière, en avançant trois recommandations qui sont autant de révolutions en puissance. Il appellera la communauté internationale à davantage de cohérence, soit à éviter les mesures de libéralisation susceptibles de saboter l’aide au développement. Il demandera un moratoire de cinq ans sur la conversion de terres agricoles à la production de biocarburants. Et il prescrira la création d’un statut de réfugié de la faim aussi contraignant pour les Etats que celui de réfugié politique.

Sacré programme! Sans chance d’être adopté dans l’immédiat, cela va de soi. Mais peut-être un jour, partiellement. Une forme de testament, surtout, puisqu’il s’agira pour l’orateur de l’un de ses derniers discours devant la prestigieuse assemblée. Voire du dernier.

http://www.letemps.ch/template/opinions.asp?page=6&article=217814