La fascination bizarre d’Israël pour le porno nazi

[Vox-NR – AFI n° 78 – 19/10/2007]

C’est sous ce titre que le supplément du Monde du New York Times du 15 septembre 2007 rend compte, par Isabel Kershner, d’un secret bien gardé d’Israël dans les années 1960 : la parution de livres de poche pornographiques, Stalag, écrits et édités par des Israéliens, basés sur les thèmes nazis qui devinrent des best-sellers en Israël.

Ils étaient rédigés à la première personne pour faire croire à des témoignages authentiques, traduits de l’anglais, de traitements pervers infligés à des pilotes américains ou britanniques capturés et violentés par des officiers femmes nazies et sadiques. Le plus connu d’entre eux, « I was Colonel Schultz’s Private Bitch » (J’étais la putain privée du Colonel Schultz), avait dépassé toutes les bornes de la décence.

Après des dizaines d’années d’interdiction par les tribunaux pour dissémination de pornographie, cette collection resurgit et alimente un débat sur la représentation du nazisme et de l’holocauste et pose la question si « un mélange de perversion sexuelle et de voyeurisme n’y pas été indûment introduit, imprégnant jusqu’au programme scolaire »

Publicités