[Marianne – 19/09/2007]
Après les photos de Richard Attias avec Cécilia Sarkozy, Paris Match profite de la mort de Jacques Martin pour ressortir clichés et anecdotes de sa vie avec l’actuelle première dame. Serait-ce la petite revanche de l’hebdo ?
Paris Match n° 3044 - p. 79

Un costume sombre, une alliance bien en vue et une montre rutilante : non, ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui fait la une de Paris Match cette semaine mais un de ses prédécesseurs… au bras de Cécilia ! Là où les autres médias ont salué la disparition d’un humoriste talentueux, l’hebdo met en avant un tout autre talent sur sa couverture : « Jacques Martin : 4 femmes, 8 enfants, l’amuseur était aussi un séducteur. » La dernière fois que le magazine s’était plongé dans la vie privée de Cécilia Sarkozy, en août 2005, cela avait nécessité l’envoi de deux paparazzi à New York pour la surprendre avec son amant, Richard Attias. Cette fois-ci, il a suffit au journal d’aller faire un tour dans les archives.« Les Martin reçoivent les Sarkozy »
Les quatre pages intérieures consacrées aux années du couple « Jacques – Cécilia » sont un véritable festival : extraits de reportage intime à Grasse en 1985 avec maillot de bain et regards complices, pique-nique idyllique en compagnie de leurs deux filles et, cerise sur le gâteau, photo de groupe délicatement légendée « les Martin reçoivent les Sarkozy » (voir la reproduction ci-dessus). Que s’est-il passé ? Arnaud Lagardère avait pourtant veillé, quand Cécilia était apparu en une avec son amant, à laver l’affront de son ami Nicolas Sarkozy en limogeant Alain Genestar. Paris Match, las de retoucher les bourrelets du président de la République, aurait-il profité de l’occasion pour venger son ancien directeur de la rédaction ?

Insidieuses citations de Jacques et Cécilia
Une fois n’est pas coutume, les photos ne sont pas le seul intérêt de l’article. Le magazine rapporte ainsi que, quand elle a emménagé avec l’animateur, Cécilia aurait glissé à son ex-petit ami : « Je vis avec l’homme le plus connu de France. » De son côté, Jacques Martin se revendiquait une âme de chevalier blanc : « Je déteste les maris qui ont des maîtresses et qui passent leur vie à mentir. » Au moment de son divorce, il s’adonne à une autocritique troublante: « Mon métier est meurtrier. Forcément, je fais de l’ombre à la femme qui vit près de moi. » Toute ressemblance avec des faits s’étant déroulés depuis n’est que pure coïncidence.

Et, comme si les dents du chef de l’Etat ne grinçaient pas assez, Paris Match n’hésite pas à mettre en avant François Fillon dans le même numéro, et ce malgré tous les efforts de Nicolas Sarkozy pour faire oublier son existence ! Mais le chemin de Paris Match sera encore long pour regagner son indépendance.
http://www.marianne2.fr/Paris-Match-joue-au-Petit-rapporteur-pour-provoquer-Sarkozy_a78812.html