Les lois Pasqua et Sarkozy (que la gauche au pouvoir ne prit jamais la peine d’abroger) font des émules chez les Belges…

[La Libre Belgique – 31/08/2007]
La Belgique leur dénie subitement la nationalité belge qu’ils possédaient depuis quarante ans. Un imbroglio juridique qui masque, depuis neuf mois, un cafouillage diplomatique. Où Ubu et Kafka croisent les Marx Brothers.

On peut être belge depuis quarante ans et se réveiller un beau matin dans la peau d’un Chinois. C’est la mésaventure qui arrive aux deux plus jeunes des quatre enfants de Pierre Ryckmans, alias Simon Leys : des jumeaux, Marc et Louis, nés à Hong Kong, le 19 octobre 1967. Ainsi résumée, l’affaire a tout d’un gag, d’une méprise tellement grossière, nous confie le sinologue belge, qu’on se dit « que le problème sera résolu en quelques minutes dans un grand éclat de rire ». Il n’en est rien.

Depuis neuf mois, les Ryckmans sont empêtrés dans un cauchemar bureaucratique qui ne fait plus rire personne. Une erreur administrative ancienne, l’excès de zèle d’une diplomate à Canberra, une lecture biscornue des lois belges et chinoises, la vanité blessée de quelques fonctionnaires, tels sont les ingrédients d’une pièce médiocre qui hésite entre Ubu, Kafka et les Marx Brothers. Avec pour enjeu le renouvellement de deux passeports, pour conséquence la création de deux apatrides, et pour morale les rapports du citoyen avec une administration qui prétend être un « service public ».

http://www.lalibre.be/article.phtml?id=10&subid=83&art_id=367371