Si Hitler avait trouvé un galeriste prêt à l’exposer,
si Staline était resté au séminaire de Tilbissi,
si George W. Bush avait fait carrière comme journaliste…
vous imaginez le nombre de gens qui ne seraient pas morts ?

Mise à jour : en fait cette entrée n’a jamais été écrite par Reagan. C’est un satiriste, Michael Kinsley, qui l’a publiée dans The New Republic en Juin 2007.

Ronald Reagan est la nouvelle icône du mouvement conservateur aux Etats-unis. On veut faire figurer son portrait sur les billets de banque (ce qui équivaudrait à le mettre sur un pied d’égalité avec les pères fondateurs de la République) et rajouter sa tête sur la sculpture gigantesque du Mont Rushmore… (bref rappel des « faits et méfaits » de Ronald Reagan pour ceux qui seraient trop jeunes pour l’avoir connu : Le Bilan de Reagan: un héritage bidon – par Robert Parry – Libertés-Internets spécial – 08/06/2004).

.. mais Ronald Reagan tenait un journal, dont la publication se poursuit après sa mort. Voici qu’écrivait le cowboy de la Maison Blanche, à propos de George W. Bush, en 1986 :

THE REAGAN DIARIES. ENTRY, MAY 17, 1986

[Satiriste Michael Kinsley – The New Republic – 02/07/2007 – Trad. Grégoire Seither ]

Aujourd’hui j’ai eu un rendez-vous que je craignais. George est passé ce matin avec son jean-foutre de fils pour me demander de trouver un boulot pour son gamin. Il ne s’agit pas de son fils le politicien qui vit en Floride. Non, c’est l’autre, qui traine tout le temps par ici et qui a l’air largué. Ce soi-disant « gamin » a presque 40 ans et n’a jamais fait un vrai boulot de sa vie. Je vais peut-être passer un coup de fil à Kinsley, le rédacteur de The New Republic et voir s’il peut l’embaucher comme journaliste ou pigiste ou un autre truc dans le genre. Ca n’a pas l’air très compliqué comme boulot.

http://www.tnr.com/doc.mhtml?i=20070702&s=kinsley070207