[Nicolas Kayser-Bril (Observatoire des médias) avec Augustin Scalbert (Rue89) 17/08/2007]
Plus de cent modifications de la bio de Patrick Balkany: le controversé maire de Levallois-Perret désespère tous ses poursuivants dans la liste que nous publions. On y trouve également son voisin d’Asnières-sur-Seine, Manuel Aeschlimann, mais aussi Georges Frêche, Jean-François Copé, Jean-Claude Gaudin, TF1, Air France, Publicis, Alcatel…

Comme l’a raconté Rue89 depuis plusieurs jours, le Wikiscanner de Virgil Griffith a permis de révéler de jolies manipulations de l’encyclopédie en ligne, effectuées par des entreprises ou des organismes soucieux de défendre leurs intérêts. Avant d’être, la plupart du temps, rectifiées par les utilisateurs de l’encyclopédie. Un blogueur de l’Observatoire des médias, Nicolas Kayser-Bril, s’est amusé à rechercher les manipulations sur le site français. Il nous fait bénéficier du résultat de ses recherches, qui ne manque pas de sel.

  • La Mairie de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) blanchit Patrick Balkany (UMP) de son palmarès -il a été condamné en 1996 pour prise illégale d’intérêts- et supprime la référence au canular vidéo des Yes Men, dans lequel il avait affirmé que « les pauvres vivaient très bien ». Avec plus de 100 modifications concernant la ville et son maire, Levallois est l’organisme qui manipule le plus Wikipédia. Qui a dit que la fonction publique n’était pas au top des nouvelles technologies?
  • De l’autre côté du fleuve, toujours dans le département le plus riche de France, la Mairie d’Asnières-sur-Seine, dirigée par Manuel Aeschlimann (UMP), fait disparaître le lien vers l’Association de défense des contribuables asniérois. Jusqu’en avril, la version anglophone de la biographie de l’édile annonçait que « beaucoup le considèrent comme le ‘spin doctor’ officiel de Nicolas Sarkozy ». Une information introduite lors de la création de la bio par un internaute de la Mairie, en juillet 2005. La suite de son parcours n’ayant pas confirmé cette flatteuse proximité, il convenait de l’enlever. Ce qu’a fait… un utilisateur de Wikipédia.
  • La Mairie de Marseille (UMP) fait oublier les déboires électoraux de l’adjoint Renaud Muselier, ainsi que le soutien du FN au maire Jean-Claude Gaudin.
  • La Mairie de Mantes-la-Jolie (UMP, Yvelines) n’aime pas que l’on parle de la religion de ses habitants, qui sont en majorité musulmans (dans la version anglophone).
  • Le conseil général de l’Hérault rattrape les bourdes de Georges Frêche (en vacances du PS), notamment celle où il espérait que Benoît XVI soit « meilleur que l’autre abruti ».
  • Le ministère de l’Economie et des Finances, très à cheval sur les termes dès qu’il s’agit de ses inventions, redéfinit les pôles de compétitivité en en faisant disparaître la critique et sucre un paragraphe sur l’appartement de fonction de Jean-François Copé, ex-ministre du Budget.
  • Un cireur de pompes du ministère de l’Education nationale aseptise les démêlés de Xavier Darcos avec la justice.
  • TF1, susceptible, écrase une polémique sur le site Web de sa filiale Jet.

http://www.rue89.com/2007/08/17/balkany-en-tete-du-championnat-de-vandalisme-sur-wikipedia