L’armée US est entrain de se tirer dans le pied à Bagdad. Depuis trois ans les soldats et officiers se plaignent de ne pouvoir faire la différence entre les « bons » et les « méchants », les policiers de jour sont insurgés la nuit, quand ce ne sont pas les commandos de la mort qui portent l’uniforme de la police ou que les miliciens « amis » font le coup de feu contre les patrouilles….

Pour lutter contre cet imbrioglio, diverses sociétés de biométrie ont vendu des systèmes d’identification aux troupes d’occupation. Des centaines de milliers de citoyens, policiers et résistants faits prisonniers ont ainsi déjà été fichés.

Seul problème : l’armée US envisage de rendre ce fichier accessible aux forces de police irakiennes. Si ces bases de données tombent entre de mauvaises mains, elles peuvent devenir des listes de personnes à abattre. Résultat : par peur d’être fichés comme collaborateurs, il y a de moins en moins de candidats aux postes de policiers, techniciens ou simples vigiles proposés par le gouvernement irakien ou par l’armée US.

Source : http://www.spiegel.de/politik/ausland/0,1518,500305,00.html

Publicités