We Will Not Be Silent[ACLU PR – UES News Service – Trad. Grégoire Seither]
Le groupe de défense des libertés civiques ACLU (American Civil Liberties Union) a intenté un procès cette semaine contre la compagnie aérienne JetBlue Airways ainsi que contre l’administration de la sécurité dans les transports (Transportation Security Administration official), l’accusant d’avoir illégalement discriminé un résident des Etats-unis uniquement à cause de son origine ethnique et un message en arabe écrit sur son T-Shirt.

En Aout 2006, la compagnie JetBlue ainsi qu’un agent de TSA identifie comme étant « Inspector Harris, » ont refusé de laisser le bloggueur d’origine irakienne, Raed Jarrar prendre son vol à John F. Kennedy Airport (New York) parce qu’il portait un T-Shirt sur lequel une inscription en Anglais et en Arabe indiquait « Nous ne resterons pas silencieux ». La condition émise par JetBlue était qu’il enlève ou cache son T-Shirt. L’inspecteur Harris a justifié cette décision en expliquant à Jarrar que le fait de porter un T-Shirt avec une inscription en Arabe dans un aéroport était l’équivalent de se promener dans une banque avec un T-Shirt portant l’inscription « je suis un braqueur ».

Raed Jarrar, — connu dans la blogosphère pour son journal de la vie quotidienne à Bagdad lors de l’invasion de 2003, « Dear Raed » (http://raedinthemiddle.blogspot.com/) avec Salam Pax, — avait passé sans encombre les deux checkpoints de sécurité et attendait en salle d’embarquement quand il a été interpellé par l’Inspecteur Harris et immédiatement encerclé de manière menaçante par des agents de sécurité de JetBlue. Harris lui a dit qu’il devait enlever son T-Shirt « car cela rend nerveux les autres passagers« . Ne voulant pas rater son vol, Jarrar accepta mais fut alors changé de siège par la compagnie. Il fut placé dans la dernière rangée de l’avion et on lui demanda d’embarquer en premier « afin que les autres passagers ne soient pas inquiets de sa présence dans l’avion« .

Pour ACLU le cas Jarrar n’est qu’un des nombreux exemples d’actes de racisme et de discrimination dans les aéroports contre des individus perçus comme étant « de type Arabe » et notamment contre toute personne affichant de manière trop visible son origine ethnique ou sa religion. « Une coiffe, un hijab, parfois le simple fait de parler en arabe avec un autre compatriote, peut déclencher des réactions de nervosité hystérique chez les agents de sécurité et se traduit très souvent par l’interdiction de vol du « contrevenant ». Nous avons reçu des plaintes dans ce sens quasiment chaque jour depuis le mois de Janvier 2002. ».

http://www.aclu.org/freespeech/gen/31266prs20070809.html