Bob Allen - un gringalet qui doit sucer des bites pour ne pas se faire trucider par des grands méchants nègresLe 13 juillet dernier, le député Républicain Bob Allen, représentant du Comté d’Orange en Floride et ardent défenseur de la morale chrétienne était arrêté dans les toilettes publiques d’un parc de Titusville pour avoir proposé à un policier en civil « de lui tailler une pipe en échange de 20 dollars ».

Comme le fait remarquer le magazine en-ligne Buzzflash, « non seulement Allen vit des fantaisies passablement glauques mais en plus il ne prend pas cher pour ses passes« .

Compte tenu des lois homophobes et moralisatrices votées par Allen, Buzzflash a d’ailleurs élu le député « Hypocrite républicain de la semaine ».

La presse aux Etats-unis s’étant enfin emparé de la chose, voici que notre député Allen tente une nouvelle approche pour dégonfler le scandale politique. Il refuse de démissionner de son poste car il est en fait une victime. Une victime des Noirs.

Oui, vous avez bien lu. Il était entré dans ces toilettes isolées pour soulager un besoin pressant et il s’y est retrouvé nez à nez avec une bande de noirs menaçants. Il leur a donc proposé de les sucer, afin de ne pas se faire trucider. L’animateur de télévision Jon Stewart résume ainsi « l’excuse » d’Allen: « Il s’est dit, si je mets leur bite dans ma bouche, les grands nègres ne me feront pas de mal. C’est original, mais ça se défend comme stratégie pour sauver sa peau, non ? »

Le seul problème avec cette histoire – qui ne manquera pas de faire monter les larmes aux yeux à l’Amérique blanche Républicaine vivant dans la peur du Grand Nègre – c’est que le rapport de police dit exactement le contraire.

Bob Allen a été repéré par une patrouille de police parce qu’il tournait autour des toilettes publiques, y entrant et sortant à plusieurs reprises.

L’officier de police [noir] Danny Kavanaugh est donc entré dans les toilettes à deux reprises. La deuxième fois, il était entrain de se laver les mains dans un cubicle, quand Allen a regardé par dessus la porte du cubicle et est entré, fermant la porte derrière lui.

« Il a murmuré ‘salut’, puis il m’a proposé d’aller de l’autre côté du pont parce que c’était plus tranquille qu’ici, dans ce lieu public. Je l’ai suivi et arrivé de l’autre côté du pont il m’a proposé une fellation pour 20 dollars. »

La défense raciste de Allen justifiant ses actes par la peur du « Grand Méchant Noir » est représentative du racisme inconscient chez le conservateurs aux Etats-unis. Quand on a le dos au mur, on peut toujours tenter de s’en sortir en accusant le Noir violent, le Mexicain voleur, l’Arabe perfide…

Et Bob Allen pourrait bien s’en sortir. S’il trouve un jury populaire à son image. Il suffit de lire les commentaires des lecteurs de la presse aux États-Unis ou écouter ceux des auditeurs des émissions de droite à la radio pour réaliser que pas mal de gens aux Etats-unis sont prêts à croire la défense de Allen.