[Der Spiegel – 29/07/07 – Trad. Grégoire Seither]
Le 2 mai 1945, Rochus Misch démissionne de son poste dans le bunker du Führer. Pendant des années il a vécu et travaillé immédiatement aux côtés d’Hitler, en tant que garde du corps et téléphoniste. Aujourd’hui, le dernier témoin survivant de l’entourage d’Hitler fête ses 90 ans – et déclare vouloir emporter ses derniers secrets dans la tombe.

« Le souvenir le plus délirant que j’ai de cette nuit, ce sont les deux joueurs de guitare sur le quai de la station de métro « Kaiserhof ». J’arrivais du bunker, je sortais de cette ambiance de mort, de drame… et là, j’entends de la musique, il y a ces deux civils qui jouent une chanson hawaiienne ! »

Nous sommes le 2 Mai 1945 à Berlin, vers six heures du matin. Près de la chancellerie du Reich, les SS français et belges de Léon Degrelle ainsi que quelques Wehrmacht allemands et baltes prolongent le massacre de la Deuxième Guerre mondiale. Mais Rochus Misch a décidé de s’en sortir vivant.

Une heure plus tôt, Misch, alors âgé de 27 ans, avait demandé à être libéré de son poste. Il l’avait fait correctement, comme il se doit pour un soldat allemand. « Je suis allé voir Goebbels et lui ai demandé si je pouvais encore lui être d’un quelconque service. Il m’a dit non, alors je lui ai dit que je voulais me joindre au groupe de camarades qui voulaient tenter une sortie par les tunnels du métro. Il m’a dit ‘Allez-y Misch. Nous avons su comment faire pour vivre, alors je pense que nous saurons aussi comment faire pour mourir’. » A ce moment là, l’Armée Rouge se trouve à moins de 200 mètres de l’endroit où Misch a vécu et travaillé ces six dernières années. Misch était le garde du corps et le téléphoniste d’Hitler, un des derniers à avoir quitté le bunker. Et il a survécu. Il est le dernier témoin.

http://www.spiegel.de/panorama/zeitgeschichte/0,1518,496950,00.html