Ce n’est pas la première fois. De toute évidence, quelque part dans l’appareil Républicain, il y a des gens qui se préoccupent de ce genre de choses. En 2003 déjà, Alternet avait publié un email de Jeb Bush, frangin de G.W. Bush et grand ordonnateur des élections de Floride en 2000, envoyé aux responsables de la commission électorale du Parti et qui disait clairement : « Il faut faire le ménage, discrètement, mais rigoureusement. Faites tourner les broyeuses et défaussez vous sur les stagiaires qui n’avaient pas bien compris les consignes ». La manipulation électorale des deux dernières présidentielles US est probablement une des plus grosses histoires passées sous silence ou ridiculisées par une presse aux ordres, mithridatisée par la puissance de l’appareil médiatique néo-con.

[Alternet – 31/07/07]
Dans 56 des 88 districts électoraux de l’Ohio, les bulletins, listes d’émargement et archives des élections 2004 ont été « accidentellement détruits », et ce malgré une injonction fédérale de les conserver. Ces archives étaient parmi les documents clés dont l’étude aurait pu permettre de vérifier si les élections présidentielles 2004 dans cet état – marquées par de nombreuses irrégularités – avaient été manipulées ou non. (…)

Ainsi, dans les centres urbains de l’Ohio, votant traditionnellement Démocrate, la mobilisation des électeurs Républicains a été plus forte que pour les élections 2000. Dans certains comtés, les anomalies de vote étaient telles qu’elles suscitèrent des demandes d’enquête de la part des commissions électorales, soupçonnant un vote manipulé en faveur de G.W. Bush.
L’exemple le plus criant est le chiffre surprenant de 10 000 électeurs dans plusieurs comtés à population fortement religieuse, qui auraient voté simultanément pour Bush ainsi que pour la légalisation du mariage homosexuel.

Dans d’autres comtés, des candidats démocrates pratiquement inconnus et situés tout en bas de la liste se sont retrouvés avec plus de votes que John Kerry, ce qui est du jamais vu lors d’un scrutin présidentiel.

Le nombre d’anomalies lors de l’élection 2004 est d’autant plus sujet à examen que l’élection de G.W. Bush s’est jouée sur un écart de quelques dizaines de milliers de votes… et que des milliers d’électeurs traditionnellement connus pour voter Démocrate ont été empêchés de voter par des mesures administratives.

http://www.alternet.org/story/58328/?page=3