Vous noterez que les Kouchner, Adler, Glucksman, toujours si prompts à hurler contre la « menace nucléaire » de la « dictature iranienne », sont singulièrement silencieux quand Sarkozy refile un réacteur nucléaire à Khaddafi. Ah, c’est complexe la realpolitik ! Pourtant mon fils de six ans et demi a déjà tout compris à la géopolitique néo-con :  « Si Djorjbouche il dit qu’il est gentil, alors il est gentil, mais si Djorjbouche dit que c’est un méchant, alors on lui fait la guerre ».

Graves accusation de torture contre la Lybie :
« SOUVENT JE ME DISAIS QU’IL VALAIT MIEUX ME LAISSER MOURIR »
[Der Spiegel – 29 juillet 2007 – Trad. Grégoire Seither – IES News Service]
Suspendues à des cordes, torturées à l’électricité, privées de sommeil à répétition, frappées… les infirmières bulgares et le médecin d’origine palestinienne libérés après 8 ans de prison en Lybie, racontent en détail les graves tortures qu’ils ont subi lors de leur emprisonnement.  Pour Snechana Dimitrowa, « La douleur était telle, que souvent je me disais qu’il valait mieux me laisser mourir pour en finir »

http://www.spiegel.de/politik/ausland/0,1518,497049,00.html