COMMENT VENDRE LA GUERRE A L’OPINION PUBLIQUE ?
[IES News Service  24.07.07]
L’Administration Bush n’a jamais caché le fait qu’elle devait « vendre la guerre à l’opinion publique ». Les conseillers en communication autour de Dick Cheney sont tout à fait d’accord pour reconnaître que la plupart des éléments utilisés pour « vendre » la guerre en Irak sont également utilisés pour préparer l’opinion a approuver la prochaine attaque de l’Iran : les « fuites organisées » de rapports des services secrets vers les médias, les révélations par des sources anonymes, le dénigrement des preuves concrètes avancées par l’opposition, la mise en avant de personnalités parmi les exilés, la convocation régulière de personnalités diverses dénonçant des atrocités ou des menaces apocalyptiques…

Distillés régulièrement dans les médias, ces bribes d’information finissent par créer un sentiment diffus de menace, un « buzz » qui finit par envahir la perception qu’ont les gens du problème et les mène à accepter le fait « qu’il n’y a pas d’autre alternative possible ». L’impression qui doit être obtenue est que, d’un côté il y a une communauté internationale diverse et variée d’acteurs légitimes qui TOUS disent la même chose, tandis que de l’autre il y a un pouvoir irrationnel et dangereux qui opprime sa population.

Quand alors vient l’heure des bombardements et des images sanglantes (que les grands médias s’efforceront de filtrer au maximum, comme on a pu le voir en Serbie, en Afghanistan et en Irak), les cerveaux de l’opinion publique doivent être conditionnés pour avoir la réaction suivante « C’est bien dommage, mais après tout, c’est un peu de leur faute, il fallait bien que nous nous défendions contre la menace que représentait leur pays. » Après tout, personne aujourd’hui – même en Allemagne – ne verse la moindre larme sur les victimes civiles des bombardements alliés sur l’Allemagne nazie.

Comment s’y prend on pour vendre la guerre à l’opinion publique ? Les règles habituelles de la publicité s’appliquent parfaitement.

Aujourd’hui, aux États-unis, pour chaque heure de télévision, il y a 22 minutes de messages publicitaires. Le public est donc habitué à se faire vendre des choses sur la base de promesses erronées. Comme le montre l’exemple irakien, la même méthode peut être appliquée – pratiquement sans aucune adaptation – au processus pour faire vendre (et acheter) une guerre à l’opinion.

Andy Card, le directeur de cabinet de George W. Bush, avait expliqué à l’époque que le le Congrès des Etats-unis n’avait pas été consulté, en Août 2002, sur la décision d’employer la force militaire en Irak, parce que « d’un point de vue marketing, on ne lance jamais de nouveaux produits en Août ».

Quand, en Septembre 2001, Colin Powell a embauché Charlote Beers, célèbre publicitaire de Madison Avenue, pour le poste de Sous-secrétaire d’Etat à la diplomatie publique et aux affaires publiques, il justifia son choix en expliquant que : « Pour ce poste, j’ai volontairement fait appel à une des plus grandes expertes en publicité, car, c’est ce que nous voulons faire : de la vente . Nous voulons vendre un produit au reste du monde, la démocratie, la libre-entreprise, les valeurs américaines. C’est cela que nous devons vendre. Et pour cela il nous faut un bon plan marketing. »

Cet aveu est moins direct que celui d’Andy Card, mais il n’est pas difficile d’ajouter la guerre à la liste des produits vendus par Colin Powell, d’autant que – suite aux attentats qui se produisirent peu de temps après – la guerre devint le vecteur privilégié pour atteindre les objectifs marketing décrits par Powell.

Les politologues Rampton et Stauber commentèrent: « Plutôt que de changer notre manière de traiter avec les peuples du Moyen-Orient, plutôt que de changer nos politiques dans la région afin de faire pencher la population de notre côté, les officiels à Washington croient qu’ils peuvent obtenir les mêmes résultats à l’aide d’une campagne de relations publiques, une opération de marketing conçue à Hollywood ou dans les agences chic de Madison Avenue. »

Pour Naomi Klein, « tout comme la CIA n’a rien compris aux changements dans le monde parce qu’elle préférait regarder des photos satellite et faire joujou avec des gadgets technologiques dernier cri, plutôt que de se coltiner le travail pénible et sans gloire de la collecte d’informations sur le terrain, l’Administration Bush s’imagine qu’il suffit de faire de la publicité pour que les gens « achètent » son concept. Au diable la réalité, si ça passe à la télé, c’est que c’est vrai. »

Fidèle à son habitude, Israël déclare à l’avance qu’il n’en a rien à foutre des instances internationales et que, comme d’habitude, il fera exactement ce qu’il a envie de faire. Résolutions de l’ONU ? Conventions internationales ? Quartet ? Israël les rajoute à la haute pile des résolutions internationales sur laquelle il est assis depuis 60 ans. Pourquoi soutenons-nous encore un tel Etat voyou ?

« NOUS AVONS L’ACCORD TACITE DES ETATS UNIS ET DE L’EUROPE POUR FRAPPER L’IRAN » DECLARE LE MINISTRE ISRAELIEN AUX AFFAIRES STRATEGIQUES
[ISRAEL TODAY – 24.07.07- Trad. Grégoire Seither]
Avigdor Lieberman, Ministre israélien aux affaires stratégiques, a déclaré en début de semaine qu’il avait reçu l’accord tacite des Etats-unis et de l’Europe pour une attaque militaire israélienne contre les installations nucléaires iraniennes. Suite à une rencontre avec des représentants de l’OTAN et de l’Union Européenne, Lieberman a déclaré au micro de la radio militaire israélienne : « Si nous lançons des opérations militaires de notre côté contre l’Iran, nous recevrons le soutien de l’Europe et des Etats-unis ».
Selon Lieberman, les puissances occidentales sont conscientes de la gravité de la menace que représente le nucléaire iranien pour Israël, mais que « les conflits en cours en Afghanistan et en Irak limitent la capacité des dirigeants politiques en Europe et aux Etats-unis à engager les opérations militaires pour détruire le potentiel nucléaire iranien. »
Aux lendemains des pourparlers avec l’OTAN et l’UE, Lieberman affirme avoir reçu un message très claire de la part des autorités occidentales : « Si la diplomatie ne parvient pas à éliminer la menace, l’occident demandera alors à Israël de se charger elle-même de sa défense. »
http://www.israeltoday.co.il/default.aspx?tabid=178&nid=13407

Gingrich en rajoute une couche, dans la légitimation à l’avance

POUR L’ANCIEN PORTE-PAROLE DU CONGRES DES ETATS UNIS,
LE NUCLÉAIRE IRANIEN EST L’ÉQUIVALENT D’UNE DEUXIÈME SHOAH

[Israel News / Y-Net-News – 20.07.07- Trad. Grégoire Seither]
Newt Gingrich, ancien porte-parole républicain du Congrès des Etats-Unis et figure influente du mouvement conservateur, a déclaré sur la chaîne CBS que, si l’Iran se dote de la technologie nucléaire, Israël et les Etats-unis seraient gravement menacés. « Si l’Iran tire un ou plusieurs missiles nucléaires sur Israël, ce serait l’équivalent d’un deuxième holocauste pour le peuple juif », a déclaré Gingrich.
http://www.ynetnews.com/Ext/Comp/ArticleLayout/CdaArticlePrintPreview/1,2506,L-3427886,00.html
ou bien
http://tinyurl.com/2wt5g6

Au bout d’un moment, cela devient tellement gros que ça en devient ridicule. Mais, l’histoire irakienne nous montre que plus c’est gros, plus ça marche…

POUR L’AMBASSADEUR D’ISRAËL AUX USA :
« LE MONDE LIBRE EST MENACÉ PAR L’IRAN »

[Ha’aretz – 20.07.07- Trad. Grégoire Seither]
Sallai Meridor, ambassadeur d’Israël aux Etats-unis, a déclaré Mercredi dernier que non seulement Israël, mais le monde libre dans sa totalité est directement menacé par l’Iran. La combinaison de fanatisme, terrorisme et technologie nucléaire que représente l’Iran est la plus grande menace qu’a du affronter le monde libre depuis les années 1930.
http://www.haaretz.com/hasen/spages/883947.html

Les zinzins Sionistes Chrétiens, répètent sagement la leçon et amplifient le « buzz » à travers leur réseau de 30 000 stations radio et leurs millions de sympathisants aux Etats-unis.

SIONISTES CHRÉTIENS: AHMADINEDJAD EST LE NOUVEAU ADOLF HITLER
[Israel News / Y-Net-News – 24.07.07 – Trad. Grégoire Seither]
Le lobby sioniste-chrétien « Christians United for Israel » a publié un communiqué dans lequel il compare le président Iranien Ahmadinedjad à Hitler et demande aux Etats-unis de lancer une attaque militaire contre l’Iran dans les plus brefs délais. Il lance également une campagne auprès de ses sympathisants pour que les Etats-unis déménagent leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem en signe de soutien au droit d’Israël d’exister sur la terre que dieu lui a donné.
http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3427247,00.html