Puréé, les statistiques du blog sont entrain de retomber, faut vite qu’on trouve une autre histoire de fesse politique à leur servir… tiens, ressortons celle-là…
Voilà une biographie qui ne vas pas faire plaisir à Laura Bush, qui a claqué la porte du domicile conjugal en 2006 et vit depuis à l’hôtel Mayflower, à deux pas de la Maison Blanche.

G.W. Bush and Condoleeza Rice are in loveG.W. BUSH ET CONDOLEEZA RICE SONT ENSEMBLE… C’EST QUASI OFFICIEL

[Marcus Mabry – Extraits de la biographie de Condoleezza Rice – Trad. Grégoire Seither]
Rice était fortement attirée par Bush. ‘Pour commencer, j’adorais être avec lui,‘ se souvient elle, assise sur le canapé de son bureau au Département d’Etat. ‘Il était chaleureux, drôle et décontracté, il vous mettait à l’aise. A mes yeux, il avait un esprit curieux et n’hésitait pas à poser des questions … il vous laissait à peine le temps de finir une phrase avant de commencer à creuser ce que vous aviez dit.’. . . « Bush était également un mauvais garçon, quelqu’un qui picolait, qui avait pris de la drogue et fait des virées avec ses potes. Et, si on en croit les témoignages de sa famille et de ses amis, Condi Rice, l’éternelle première de la classe, élevée dans un milieu strict, en pinçait pour les mauvais garçons. . . .

« Les amis de Rice prétendent que l’attirance de Rice pour G.W. Bush était purement platonique, mais Brenda Hamberry-Green, sa coiffeuse et confidente à Palo Alto, qui se souvient des longues années ou Rice venait la voir en se plaignant qu’il était presque impossible pour une femme noire grimpant dans la société de se trouver un mec qui soit à la hauteur, affirme que Condoleeza Rice a changé du tout au tout quand elle a commencé à travailler avec George W. Bush. ‘Il comble ce besoin,‘ explique Hamberry-Green decided. ‘Bush est le mec qu’il lui fallait.' ». . .

« Même les amis de Condoleeza Rice, dont bon nombre sont plutôt du coté politique Démocrate, insistent que, quand on en vient à parler des erreurs et des défauts de Bush, l’affection de Rice pour lui la rend aveugle. ‘Sa réponse préferrée est toujours ‘vous ne le connaissez pas comme je le connais, il n’est pas comme ça, ce n’est pas un homme mauvais’. …

« Clara Rice, la deuxième femme de son père, offre une explication encore plus directe : ‘ce mec est tout pour elle, elle ne peut rien lui refuser.‘ »

http://www.amazon.com/Twice-Good-Condoleezza-Rice-Power/dp/1594863628

et un petit retour en arrière, l’été dernier…

Laura Bush aurait été vue dormant à l’hôtel proche de la Maison Blanche après qu’elle ait claqué la porte du domicile conjugal, furieuse d’avoir découvert la liaison adultère de son mari avec Condoleeza Rice.
C’est tout ce qu’il y a d’officiel, puisque c’est Wayne Madsen qui le dit 🙂

Wayne Madsen Report – LAURA BUSH HAS LEFT THE WHITE HOUSE

[June 3, 2006 – WMR]
WMR can report that a Mayflower Hotel staffer has confirmed that First Lady Laura Bush spent at least one night this past week at the hotel, which is four blocks north of the White House. Mrs. Bush reportedly moved out of the
White House after a confrontation with President Bush over his on-going affair with Secretary of State Condoleezza Rice. The Mayflower’s official position on the story is that they can « neither confirm nor deny » the identities of their guests. Because it’s penchant for security and secrecy is well known to the Secret Service, the Mayflower has become a reliable hotel for U.S. and international VIPs.
http://www.waynemadsenreport.com/

et encore plus loin, Noël 2005

Maman Bush est pas contente et prépare une purge à la Maison Blanche

[The Washington Note – 2/12/2005]

Selon TWN, Barbara Bush pense que c’est la faute des conseillers de la Maison blanche si son fils est si mal aimé par le peuple américain. Elle est bien décidée à faire le ménage à la maison blanche lors des fêtes – mettre
Cheney sous contrôle, virer Karl Rove, Andy Card, Liza Meinard…

Par ailleurs Laura Bush est aller pleurer chez sa belle mère à propos de « cette salope noire de Condy » qui tournicote autour de son mari. Et Barbara la soutient en lachant du fiel sur Condoleeza…

D’ici à ce qu’on apprenne que le virus Clintonien a encore frappé dans le couloir du Bureau Ovale…
Non, je rève… Bien que…
Ce serait pas étonnant, il doit aimer les dominatrices, le petit George W.

En tout cas c’est plus marrant que les histoires entre Nicolas et Cecilia…

http://www.thewashingtonnote.com/archives/001129.html

Publicités