Dans la nuit du 15 mars 2006, à Abu-Sifa (Isahaqi) une unité « anti-terroriste » de la US Army a froidement menotté puis massacré une famille entière. A ce jour, l’armée des Etats-unis continue à nier et il est probable que jamais personne ne sera jugé pour avoir tué des enfants entre 6 mois et 5 ans… étonnez vous ensuite que la guerilla recrute à guichets fermés !

Et pendant ce temps là, notre nouveau ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner, qui avait défendu l’invasion de l’Irak, parle de « bilan positif de la présence étatsunienne en Irak »…

Children of Abraham: Death in the Desert – Chris Floyd

DES DIZAINES DE CIVILS IRAKIENS MASSACRES PAR DES SOLDATS US « FOUS DE RAGE »
[The Times Online 26 mars 2006]
Les villageois de Abu Sifa (Isahaqi) près de la ville irakienne de Balad avaient l’habitude d’entendre des explosions et des coups de feu la nuit, la région étant quadrillée par des troupes US à la recherche de membres de la résistance. Mais une nuit, il y a trois semaines, Issa Harat Khalaf entendit d’autres coups de feu qui le glacèrent jusqu’au sang.

Khalaf, agé de 33 ans et affecté à la surveillance d’une pipeline, a vu un hélicoptère étatsunien se poser près de sa maison. Des soldats US en bondirent, et prirent d’assaut la maison du frère de Khalaf, Fayez, mitraillant à tout va.

Khalaf se jetta dans un petit bosquet d’où il vit les soldats enfoncer la porte de la maison de son frère. Ensuite il entendit des femmes et des enfants hurler.

“Ensuite il y a eu beaucoup de tirs de fusil mitrailleur,” raconte il à la police. Puis il entendit le pire de tous les bruits — le silence, déchiré par des explosions quand les soldats quittèrent la maison en la faisant sauter.

Une fois les troupes parties, Khalaf et les autres habitants du village se mirent à fouiller dans les ruines de la maison de son frère. Abu Sifa (Isahaqi) venait d’entrer dans la longue liste de communautés irakiennes accusant les soldats US d’atrocités à leur encontre.

Selon la police irakienne, 11 furent retirés des ruines de la maison, parmi eux 4 femmes et 5 enfants, agés entre 6 mois et 5 ans. Le rapport officiel de la police irakienne indique clairement que « Au vu de la position des corps, il apparait que les forces étatsuniennes ont rassemblé tous les onze membres de la famille dans une pièce et les ont exécutés. ».

Aucun rapport officiel ne fut établi sur le massacre de Abu Sifa (Isahaqi) et cette opération n’est pas répertoriée dans les rapport d’action publiés par le départment de presse. Nul ne sait qui était présent cette nuit là, d’où venait l’hélicoptère, à quelle unité appartenaient ces hommes… c’est seulement quand TIME Magazine publia une enquête sur le massacre, en novembre dernier, de Haditha, que le rapport de police sur Abu Sifa (Isahaqi) fit surface. L’armée dut alors se défendre, ce qu’elle fit en prétendant que la maison abritait un haut cadre d’Al-Qaïda et que les victimes civiles sont mortes suite à l’effondrement de la maison, lors des échanges de tirs avec les suspects. La police irakienne a démenti cette version, ne relevant aucune trace de tirs dans la maison autre que celle des armes des soldats US. De plus, signale le rapport du médecin légiste, « toutes les victimes avaient les mains liées et des blessures de balle a la tête ».

http://www.timesonline.co.uk/article/0,,2089-2103695_1,00.html