Quotidien INFORMATION (Copenhage – Danemark) :
« Le paradoxe de cette situation est que, aujourd’hui, à Washington, à Londres ou à Paris, on se voit conforté dans sa ligne politique : Israël, les USA et les Union Européenne ont réussi à contenir les islamistes et les terroristes dans les limites de Gaza, ce qui permet aujourd’hui de rouvrir le dossier des aides financières au gouvernement de Mahmoud Abbas, retranché en Cisjordanie. Sous la coupe de Abbas et de son gouvernement de technocrates, la Cisjordanie pourrait devenir un exemple pour la région. Les autres pays doivent comprendre la leçon : Celui qui obéit aux dictats de l’Occident et de son allié israélien sera récompensé. Celui qui refuse d’obéir se voit puni par des sanctions et isolé par la force militaire.
Cette politique autoritaire est non seulement vexante mais aussi totalement contre-productive. Elle est scandaleuse pour la population, animée d’un fort sens nationaliste. Elle ne pourra jamais être la base d’une paix durable. »

Quotidien DER STANDARD (Vienne – Autriche) :
« L’équation est simpliste : le diable vit à Gaza tandis que les anges sont en Cisjordanie et peuvent donc se réjouir de l’attention et des cadeaux que l’Occident compassionnel va y déverser. Alors que Israël, les USA et l’Union Européenne ont laissé mourir de faim Mahmoud Abbas, le tenant à bout de bras pendant des années, voilà que soudain on se précipite pour le réanimer et le remettre sur pied. On souhaite à Mahmoud Abbas de ne pas avoir envie de vomir.

Quotidien EL PAÍS (Madrid – Espagne) :
« La partition de la Palestine est consommée. il y a maintenant deux Autorités palestiniennes, se partageant toutes deux une fiction d’autonomie. En Cisjordanie règle le président élu Abbas tandis qu’à Gaza le mouvement radical islamiste Hamas prépara l’avènement d’une république islamiste ‘Hamstan’. Le Premier Ministre Olmert se félicite de cet affaiblissement de ses ennemis et compte bien pérenniser cette partition en coupant hermétiquement Gaza de la Cisjordanie. L’Union Européenne a déclaré vouloir reprendre les paiements d’aides au gouvernement Abbas. L’objectif est de soutenir Abbas afin de lui permettre d’acheter la population de Cisjordanie et l’éloigner du Hamas, plus présent sur le terrain social. »