[Dan Assayah – Israel Valley – SITE OFFICIEL DE LA CHAMBRE DE COMMERCE FRANCE-ISRAËL – 9 Juin 2007]

Avraham Burg se transforme en provocateur. Le journal israélien Haaretz lui ouvre ce week-end un nombre de pages démesuré par rapport à l’envergure de cet ex-politicien qui vient d’obtenir la nationalité Française. La presse anti-sioniste se régale et transforme l’ex-Président de l’Agence Juive en nouveau symbole.

Seul problème sérieux : cet “illustre” politicien qui utilise le droit d’expression connaît parfaitement les secrets militaires d’Israël. A Jérusalem, une certaine inquiétude pointe à l’horizon car l’ex-politicien risque de devenir totalement incontrôlable.

C.J.E. : Dans une interview à Ary Shavit du Haaretz, à l’occasion de la publication de son livre intitulé “Vaincre Hitler”, Avraham Burg, ancien Président de l’Agence Juive et de la Knesset tient des propos qui provoquent déjà de vives protestations en Israël.

Dans ce livre, Burg dépeint l’état d’Israël comme un état violent, superficiel, impérialiste, renfermé sur lui-même, et ne manque pas d’exprimer son mépris et même un certain dégoût pour tout ce qui est israélien.

Dans l’interview au Haaretz, Burg ne proteste pas lorsque Ary Shavit le considère comme un anti-sioniste. Il s’oppose à la définition de l’état d’Israël comme état juif et n’hésite pas à faire, à plusieurs reprises, un surprenant amalgame entre l’état d’Israël dont il a été l’un des leaders, et l’Allemagne nazie.

Extraits des propos d’Abraham Burg: “Je suis d’abord un citoyen du monde, ensuite un juif et après un Israélien. Mais mon identité israélienne ne me suffit plus. C’est pourquoi je recommande à tout Israélien qui le peut de se doter d’un passeport étranger. Je ne crois plus en la définition d’un état juif. Définir l’état d’Israël comme un état juif c’est explosif, c’est la clé de la fin de cet état. La loi du retour, est le reflet d’Hitler. Je ne veux pas qu’Hitler définisse mon identité. Si le sionisme est un sionisme de catastrophe, je ne suis pas seulement a-sioniste mais anti-sioniste”.

A une question de Shavit qui lui demande s’il se sent français après avoir obtenu le passeport français, Burg répond : “Je me sens européen à plus d’un sens du terme. L’Israélien est un personnage serein : un arabe de plus tué, un arabe de moins qu’importe. Au bout du compte je vois le tas de corps de Palestiniens s’élever au dessus du Mur que nous avons dressé pour ne pas le voir. Pour moi, les éliminations sommaires de Palestiniens, sont un crime de guerre”.

Burg affirme également qu’il s’est longtemps menti à lui-même lorsqu’il occupait des fonctions officielles comme celles de Président de l’Agence Juive et Président de la Knesset…

Les déclarations de Burg ont stupéfait la classe politique israélienne de gauche comme de droite et du centre. Le Président de l’Agence Juive Zeev Bielzky s’est dit choqué par ces propos et a affirmé qu’il dépassait tout entendement.

Il a émis l’espoir que son prédécesseur à la présidence de l’Agence Juive reviendrait sur ces propos.

Selon Tommy Lapid, président du Yad Vashem : les déclarations de Burg sont un crime contre le peuple juif.

Selon Yossi Beilin (Meretz) : Il est triste qu’une personnalité telle que Burg s’exprime de la sorte ».

Zvouloun Orlev (PNR): De facto, Burg proclame la fin de l’état juif et appelle le peuple juif à retourner en Diaspora.-

http://www.israelvalley.com/news/2007/06/09/10702/israel-liberte-de-paroles-a-burg-ex-pdt-de-l-agence-juive-dnnpeint-isrannl-comme-un-nntat-violent-superficiel-impnnrialiste-la-presse-anti-sioniste-se-rnngale