[veille ]  Loi sur la commmunication 14.03.01

Linux gagne du terrain au sein des entreprises
Un sondage d’Internet.com effectué sur un panel de 169 professionnels du Web montre que malgré quelques difficultés, Linux est de plus en plus populaire au sein des entreprises.
http://france.internet.com/news.asp?news_ID=2420

Technip censure son intranet syndical
(Transfert 13.03.01)
La direction d’une grande entreprise a notamment désactivé tous les liens mis en place sur l’espace syndical virtuel.
http://www.transfert.net/l.cfm?num=10450

Comment dit-on fuite en espagnol ?
(Transfert 14.03.01)
Les données personnelles de milliers de clients de Telefónica Data, filiale de l’opérateur espagnol Telefónica, étaient disponibles en ligne sur une simple page web. L’Association des internautes espagnols porte plainte.
http://www.transfert.net/l.cfm?num=10457

———— séquence « autoflagellation des blaireaux de la nouvelle économie »

Jeff Bezos déconseille les valeurs Internet
(SN 13.03.01)
Jeff Bezos, le fondateur et PDG d’amazon.com, déconseille aux petits investisseurs ou investisseurs à court terme de placer leur argent dans des actions Internet. « Ce ne sont pas des actions avec lesquelles on peut dormir paisiblement la nuit », a-t-il déclaré dans le cadre d¹une qui sera diffusée demain sur la chaîne de télévision BBC2. «Nous travaillons dur pour construire une entreprise qui va durer. Et nous pensons que nous avons créé une société avec de la valeur. Mais si j’étais un investisseur à court terme ou un petit investisseur, je ne placerais pas mon argent dans les actions Internet», a-t-il ajouté.

Bruno Bonnell, PDG d’Infogrames : « Internet est condamné à rester gratuit »
(DBG 14.03.01)
Ça ne marchera jamais. Enfin, pas pour l’instant. C’est ce qu’entend Bruno Bonnell, PDG d’Infogrames Entertainment (Sicovam : 005257), l’éditeur de jeux vidéo d’origine française. D’origine uniquement, puisqu’Infogrames n’est plus seulement français. Lors de la publication des résultats semestriels du groupe, Bruno Bonnell a précisé que l’essentiel de son CA est aujourd’hui réalisé aux États-Unis, notamment grâce aux rachats de GT Interactive (aujourd’hui Infogrames Inc.) et Hasbro Interactive. Sur les 349,8 ME réalisés lors des six derniers mois de l’année 2000 (CA en augmentation de 42,9 % par rapport au semestre précédent), 53 % sont en effet issus de l’activité américaine de l’entreprise, contre 41 % en Europe et 6 % sur d’autres secteurs géographiques (l’Asie notamment). Le résultat net du groupe est encore négatif, à – 22,3 ME, mais en nette progression par rapport aux pertes nettes enregistrées lors des 6 derniers mois de l’année 1999 (qui atteignaient 89,4 ME). La cause de ces résultats nets négatifs vient des acquisitions, nécessitant de gros moyens pour les assimiler à Infogrames et à les redresser. « Aujourd’hui, Infogrames Inc. est enfin profitable, assure Bruno Bonnell. L’objectif de la seconde partie de cet exercice 2000/2001 sera de redresser Hasbro Interactive. » Les prévisions de CA pour l’exercice en cours (clos au 31 juin 2001) atteignent 700 ME et, pour l’exercice suivant, 1 MdE. Notons que l’entreprise avait annoncé en début d’exercice atteindre le milliard d’euros de CA sur l’exercice en cours et non sur le suivant. Bruno Bonnell ne s’est pas attardé sur la stratégie Internet d’Infogrames. Pour une bonne raison : il n’en a pas vraiment. « Internet tel qu’il est aujourd’hui est condamné à être gratuit, estime-t-il. Le grand public n’est pas satisfait par Internet, aussi bien en termes d’accès que de services dont les capacités sont limitées technologiquement. Dans ces conditions, les utilisateurs ne paieront pas. Et s’ils ne paient pas, cela ne nous intéresse pas. En revanche, avec l’arrivée de plates-formes dédiées et faciles d’utilisation, des technologies d’accès à haut débit et avec la sécurisation des transactions, les éditeurs pourront proposer des services payants et des jeux de qualité en réseau. Mais aujourd’hui les utilisateurs “56 Kbps” ne veulent pas payer, pas plus pour la musique que pour les jeux. C’est pour cela que Napster perdra tous ses utilisateurs au bénéfice de ses actuels concurrents. Bien sûr, certains jeux massivement multi-joueurs sont en ligne avec un modèle payant, comme Everquest de Sony et Ultima Online d’Electronic Arts, mais ils ne touchent qu’un marché de niche, de passionnés. » Pourtant, l’éditeur lyonnais a mis en place l’année dernière Infogrames.com, structure dans laquelle l’entreprise de Bruno Bonnell a investi 200 ME et qui réunit les activités consacrées à des plates-formes alternatives (télévision interactive, téléphone mobile, plates-formes embarquées, assistant personnel et Internet). Aujourd’hui, Infogrames compte trois sites Internet dédiés aux jeux : Chat’n Play, son site historique, Game Citizen, de sa filiale canadienne DTI, et Games.com, d’Hasbro Interactive. Initialement, Infogrames devait injecter dans ce dernier 60 M$ (64,4 ME) ; l’éditeur n’investira que 10 M$ (10,7 ME) en définitive. De même, l’équipe dédiée à ce site devrait passer de 140 personnes à 10 personnes seulement, les autres étant affectées à d’autres projets. Rien d’étonnant donc si Infogrames affiche des résultats presque négligeables réalisées sur Internet : 4 ME de CA sur le premier semestre pour 5 ME de pertes nettes. L’entreprise espère atteindre les 10 ME de CA sur son exercice actuel et diviser les pertes par deux sur les six premiers mois de 2001. C’est donc une stratégie qui va à l’opposé de ses concurrents qu’adopte Infogrames. Si les adversaires de l’entreprise de Bruno Bonnell, Cryo et Electronic Arts les premiers, adoptent le onLine et accusent une faiblesse du marché cette année, le président d’Infogrames néglige Internet et déclare que « le marché est aussi favorable que l’année passée. La différence, c’est que les joueurs sont devenus plus exigeants. C’est donc aux développeurs et aux éditeurs de commercialiser des jeux de bonne facture, pas d’imposer aux joueurs des produits de mauvaise qualité. » Une stratégie qui place Infogrames parmi les valeurs boursières les plus stables sur le secteur des jeux vidéo (au côté de Cryonetworks, en légère baisse, et Titus Interactive, en timide hausse) avec un titre valorisé hier à 14,80 E, en baisse de 1,33 %. L’action a tout de même chuté de 20 % depuis le début de l’année.


Yann Legrand (dit « Yo ! »)
Le grand agrégateur d’information (1m90)
« Si la vie privée est hors-la-loi, seuls les hors-la-loi auront une vie privée »
P. Zimmermann