Twitter



[Mediapart - 23/04/2013]

Pourtant, le 19 mars 2013, pour un tweet, à trois mois du bac, trois élèves de terminale ont été renvoyées définitivement d’un lycée de Limay dans les Yvelines, au risque de mettre en péril leur réussite au baccalauréat.

Au commencement de cette affaire, rien de plus qu’une blague, des plus potaches.

Une lycéenne fait croire sur Facebook que sa professeure d’histoire a prévu un contrôle le lendemain. Trois de ses camarades, qui s’imaginent lésées d’être prévenues si tard, échangent alors quelques tweets peu amènes à l’égard de leur enseignante, sans pour autant la nommer. A peine le canular révélé, les trois mêmes, par ailleurs bonnes élèves et sans histoire, présentent leurs excuses à la professeure qui classe immédiatement l’affaire. Hélas, à son tour alertée, la proviseure convoque un conseil de discipline sur le champ et l’exclusion définitive des trois lycéennes est votée à l’unanimité.

Ni le motif de la sanction ni sa nature n’ont questionné le ministère de l’Education nationale qui, selon la presse, se serait limité à déclarer que « Twitter n’est pas un espace privé et ne peut alors échapper à des mesures disciplinaires ». Certes, les tweets méritaient une sanction. Mais devait-on, pour autant, appliquer la plus sévère des sentences sur l’échelle des sanctions scolaires quand tous reconnaissent que l’exclusion définitive « peut avoir des conséquences préjudiciables à la scolarité de l’élève et apporte rarement une solution durable au problème posé » ?

Manifestement, ce cas d’espèce révèle une négation du principe d’individualisation qui implique qu’il soit tenu compte « du profil de l’élève, des circonstances de la commission des faits et de leur singularité » et qu’il convient « de privilégier le recours à des sanctions éducatives destinées à favoriser un processus de responsabilisation, en faisant prendre conscience à l’élève de l’existence de règles, de leur contenu et des conséquences de leur violation pour lui-même, la victime et la communauté éducative tout entière ».
(…)

Quels doivent être les bonnes pratiques et les bons réflexes des chefs d’établissement et du personnel éducatif ? Eduquer les élèves présuppose leur propre formation et une offre de bonnes pratiques. Panique et brutalité ne peuvent servir de réponse à la fracture numérique qui se creuse au sein de la communauté scolaire, avec d’un côté des adultes souvent dépassés par les évolutions numériques et de l’autre des élèves 2.0.

http://blogs.mediapart.fr/edition/les-invites-de-mediapart/article/230413/trois-lyceennes-expulsees-pour-un-tweet-crise-dautorite-ou-aveu-d-impuissan


La majorité des photos grand public prises avec un appareil numérique et que l’on trouve aujourd’hui sur Internet contiennent des données de géolocalisation…. trop pratique pour les services de renseignement ! Et avec EXIF Viewer, c’est aussi simple qu’un clic-droit !

[Read-Write-Web - 27 juillet 2010 par Fabrice Epelboin et Sarah Perez]

L’International Computer Science Institute (ICSI), une orga­ni­sa­tion sans but lucra­tif rat­ta­chée à l’université de Berkeley en Californie, devrait publier sous peu ses der­niers tra­vaux concer­nant le «cyber­ca­sing», un terme uti­lisé par les cher­cheurs pour dési­gner la façon dont les textes, pho­tos et vidéos conte­nant des don­nées de géo­lo­ca­li­sa­tion peuvent être uti­li­sées à des fins criminelles.

En uti­li­sant des sites tes que Craigslist, Twitter et Youtube, les cher­cheurs ont été en mesure de croi­ser des infor­ma­tions conte­nus dans des conte­nus acces­sibles à tous en ligne pour déter­mi­ner avec pré­ci­sion l’adresse pos­tale de vic­times poten­tielles, dont celles d’individus ayant publié leurs conte­nus de façon ano­nyme. L’expérience n’a pas duré des semaines, ni même quelques jours ou quelques heures, les adresses ont toutes été obte­nues avec une pré­ci­sion redou­table en quelques minutes.

Les consom­ma­teurs ne réa­lisent pas à quel point il est facile de les localiser

La pre­mière étude de l’ISCU, «Cybercasing the Joint: On the Privacy Implications of Geotagging», écrite par Gerald Friedland et Robin Sommer, a été publiée en mai der­nier et sera pré­sen­tée en aout au work­shop de l’USNIX dans le cadre d’une thé­ma­tique dédiée aux sujets bru­lants concer­nant la sécu­rité.

L’étude passe en revue la rapide popu­la­ri­sa­tion des ser­vices en ligne uti­li­sant la géo­lo­ca­li­sa­tion, liée à l’explosion du mar­ché des smart­phones. Les objets numé­riques nomades d’aujourd’hui font un usage inten­sif des sys­tèmes GPS embarqués ou de la tri­an­gu­la­tion par WiFi pour ajou­ter des don­nées de géo­lo­ca­li­sa­tion aux conte­nus qu’ils aident à pro­duire et à dif­fu­ser, que ce soit un sta­tut sur Twitter, une photo pla­cée sur Flickr ou une vidéo envoyée sur YouTube.

Le pro­blème cen­tral avec ce type d’application, selon les cher­cheurs, repose sur le fait que la plu­part des uti­li­sa­teurs ne sont pas conscients que de telles infor­ma­tions sont par­ta­gées, en par­ti­cu­lier auprès d’un public aussi large, voir du monde entier. L’iPhone, par exemple, inclue une geo­lo­ca­li­sa­tion par­fois supé­rieure en pré­ci­sion à ce qu’un GPS ordi­naire est en mesure de faire, à toutes les pho­tos qu’il prend, pré­viennent les scien­ti­fiques, une pré­ci­sion qui peut même être de l’ordre du mètre quand les condi­tions sont favo­rables, révé­lant ainsi l’adresse pos­tale d’une pho­to­gra­phie prise en intérieure.

Mais le fait de publier sur le web des don­nées géo­lo­ca­li­sées aussi pré­cises dans des textes, des pho­tos et des vidéos par­ta­gées n’est qu’une par­tie du pro­blème. La dis­po­ni­bi­lité auprès du grand public d’outils de recherche dédiés à la géo­lo­ca­li­sa­tion est tout aussi trou­blant. Il est aisé pour qui­conque désor­mais de lan­cer des recherches de façon auto­ma­ti­sées pou­vant mener à une fuite de don­nées per­son­nelles, et fai­sant pla­ner un réel risque en matière de vie pri­vée. Qui plus est, des ser­vices comme Google Street View et d’autres «cartes anno­tées» aident à sim­pli­fier le tra­vail en per­met­tant de croi­ser les don­nées issues de dif­fé­rentes ressources.

A titre d’exemple, lors de l’enquête que nous avions effec­tué concer­nant les pseudo-islamistes sur Facebook, c’est à par­tir d’une vidéo publiée sur Youtube – et se vou­lant ano­nyme – du chef de l’un de ces groupes isla­mistes, que nous avions pu le loca­li­ser à Oakland, avec une pré­ci­sion telle que nous avions pu obte­nir son adresse pos­tale pré­cise en uti­li­sant Google Street View, et du coup, son iden­tité à l’aide d’un simple annuaire, puis à tra­vers d’autres outils, celle de son asso­ciée, de ses entre­prises, ainsi qu’une mul­ti­tude de détails sur sa vie pri­vée nous per­met­tant d’affirmer que son mode de vie était en telle contra­dic­tion avec l’islam radi­cal qu’il prê­chait qu’il ne pou­vait s’agir que d’une opé­ra­tion d’intox, ce qui fut confirmé par la suite.

En d’autres termes, le fait que des don­nées géo­lo­ca­li­sées soient dis­po­nibles en ligne n’est que la par­tie émer­gée de l’iceberg, sous la sur­face, il existe une mul­ti­tude d’outils qui per­mettent de les ana­ly­ser avec une pré­ci­sion redoutable.

Des exemples de Cybercasing via Craiglist, Twitter et Youtube

Pour démon­trer à quel point il est facile de déter­mi­ner l’adresse pos­tale d’un inconnu, Friedland et Sommer ont com­mencé par une visite sur Craigslist, un site de petites annonces très popu­laire aux Etats-Unis. Ils y ont trouvé des pho­tos geo­tag­gées qu’ils ont com­paré à l’aide de Google Street View, ce qui leur a per­mit de déter­mi­ner l’adresse pos­tale de celui qui avait publié l’annonce. Plus utile encore, dans le cas d’une uti­li­sa­tion cri­mi­nelle de tels outils, la men­tion au sein de l’annonce d’horaires durant lesquels le ven­deur pré­fé­rait qu’on l’appelle, révé­lant les heures auxquelles sont domi­cile avait toutes les chances d’être inoccupé.

Dans d’autres démons­tra­tions, les cher­cheurs sont par­tis de Twitter, qui per­met à ceux qui l’utilisent depuis un mobile de geo­tag­ger leurs tweets. Des appli­ca­tions tierces uti­li­sées cou­ram­ment en conjonc­tion avec Twitter, comme Twitpic, qui per­met d’y publier des pho­tos, publient égale­ment des don­nées de géo­lo­ca­li­sa­tion. Un simple plu­gin Firefox appelé Exif Viewer per­met en un clic droit sur l’image de révé­ler la loca­li­sa­tion pré­cise de l’endroit d’où a été emis le tweet, placé sur une carte (au cas où vous sou­hai­te­riez vous y rendre).

Une troi­sième expé­rience, pro­ba­ble­ment la plus per­tur­bante, a mon­tré com­bien il était facile d’automatiser ce type d’atteinte à la vie pri­vée. Alors que les expé­ri­men­ta­tions pré­cé­dentes révèlent l’emplacement des uti­li­sa­teurs en quelques minutes, la tâche reste manuelle. Pour Youtube, cepen­dant, les cher­cheurs ont écrit un script très simple qui recon­nait auto­ma­tique­ment les vidéos tour­nées à une cer­taine dis­tance d’un empla­ce­ment ini­tial, en l’occurrence, celle du domi­cile d’une vic­time poten­tielle. Une dis­tance «de vacances», selon leur ter­mi­no­lo­gie, a été fixée à 100km (pour la dis­tin­guer d’une dis­tance de trajet domicile-lieu de tra­vail). Le script a ainsi trouvé 106 cor­res­pon­dances révé­lant qui était en vacances dans une zone de test à Berkeley. En regar­dant de près les résul­tats affi­chés par le script, les cher­cheurs ont trouvé, entre autre, la vidéo d’une per­sonne qui était clai­re­ment dans les Caraïbes avec sa famille, poin­tant ainsi un domi­cile inoc­cupé, cible idéale pour un cambriolage.

Un pro­blème qui va bien au delà des usages criminels

Pour aller au delà du « cyber­ca­sing », qui se foca­lise exclu­si­ve­ment sur les usages à des fins cri­mi­nelles de la géo­lo­ca­li­sa­tion, il convient de poin­ter de poten­tiels usages qu’il serait bon d’appréhender au plus vite si l’on veut pou­voir les abor­der avec un mini­mum de sérénité.

Dans un cadre fami­lial, le télé­phone mobile est déjà lar­ge­ment uti­lisé pour géo­lo­ca­li­ser les enfants, et là encore, il s’agit pour l’instant (sauf dans le cas de cer­taines tech­no­lo­gies dédiées et encore peu répan­dues), d’une pro­cé­dure manuelle, repo­sant la plu­part du temps sur l’appel d’un parent inquiet et le fait que l’adolescent, à l’autre bout du fil, ne men­tira pas quant à son empla­ce­ment. Cela pour­rait chan­ger rapi­de­ment. Des logi­ciels espions per­mettent dès à pré­sent de pla­cer sur une télé­phone mobile un pis­teur, qui peut poten­tiel­le­ment rap­por­ter en temps réel l’emplacement du télé­phone (et par exten­sion de son usa­ger), ainsi que d’en sto­ker un his­to­rique à des fins de consul­ta­tions ulté­rieures par des parents deve­nus surveillants.

Une atteinte à la vie pri­vée des ado­les­cents qui pour­rait avoir des impacts non négli­geables, la mai­trise du men­songe étant – si l’on s’en réfère à Piaget -, une phase cri­tique dans le déve­lop­pe­ment de la per­son­na­lité. La pan­op­tique vir­tuelle pour­rait avoir des conséquences qu’il serait bon d’étudier avec sérieux auprès de spé­cia­listes de la psy­cho­lo­gie de l’enfant avant de se retrou­ver devant le fait accomplit.

Dans le monde du tra­vail, où il est cou­rant de voir les employeurs four­nir à leurs sala­riés un équi­pe­ment mobile de type smart­phone, on pour­rait égale­ment assis­ter à de grave dérives, d’autant que la géo­lo­ca­li­sa­tion n’est pas ici une nou­veauté, elle est uti­lisé dans les trans­ports rou­tiers, par exemple, depuis très long­temps, pour pis­ter et sur­veiller, et opti­mi­ser le tra­vail des employés. Mais la géné­ra­li­sa­tion du géo-monitoring à une large part du sala­riat pour­rait, là aussi, poser des pro­blèmes qu’il serait bon de trai­ter de façon pré­ven­tive, le cor­pus légis­la­tif n’étant pas for­cé­ment adapté a cette nou­velle donne technologique.

Quelles solu­tions peut-on imaginer ?

Le but de l’étude n’est pas de pro­po­ser des solu­tions à ce nou­veau pro­blème apporté par l’ère du numé­rique, mais de per­mettre au plus grand nombre de sai­sir l’ampleur du pro­blème. A l’heure où le légis­la­teur se foca­lise sur Google Street View, il est bon d’apporter des éléments de réflexion qui pour­raient per­mettre au moins obtus d’entre eux de réa­li­ser que le pro­blème va bien au delà de Google et que la mise au pilori sys­té­ma­tique d’un bouc émis­saire du numé­rique n’aura comme effet que de lais­ser le pro­blème pros­pé­rer. Street View n’est que l’arbre qui cache la forêt, c’est un écosys­tème tout entier qui est en train de prendre place autour de la géo­lo­ca­li­sa­tion, un écosys­tème qui pour­rait par ailleurs par­fai­te­ment se pas­ser de Google si celui-ci était poussé à s’en retirer.

La régu­la­tion d’un écosys­tème aussi com­plexe ne sera pas chose aisée, mais elle s’avère indis­pen­sable, et deman­dera une étroite col­la­bo­ra­tion entre cher­cheurs, experts, et légis­la­teurs, faute de quoi elle sera inef­fi­cace, au mieux, et atten­ta­toire aux liber­tés numé­riques, au pire.

L’obligation de faire men­tion et de per­mettre un opt-out lors de la trans­mis­sion de don­nées geo­lo­ca­li­sées est une piste à étudier, ainsi que celle d’une pos­si­bi­lité lais­sée à l’utilisateur de mai­tri­ser la pré­ci­sion de la geo­lo­ca­li­sa­tion qu’il publie. Il y a, d’un point de vue tech­nique, pro­ba­ble­ment beau­coup de choses à implé­men­ter au niveau même des APIs, mais dans l’immédiat, la seule chose qu’il soit pos­sible de faire est de sen­si­bi­li­ser le plus grand nombre  à ces enjeux, en pre­nant soin de pré­ci­ser qu’un mou­ve­ment conser­va­teur consis­tant à inter­dire tout sim­ple­ment la géo­lo­ca­li­sa­tion serait un frein consi­dé­rable à l’économie numé­rique liée à l’internet mobile, dont la plu­part des experts s’accordent à dire que son poten­tiel est plus grand encore que celui apporté par le web depuis une quin­zaine d’années.

Dans l’immédiat, et à moins de mai­tri­ser l’outil tech­no­lo­gique que vous avez dans les mains (ce que très peu de gens sont en mesure de faire et que beau­coup s’imaginent être en mesure d’effectuer), il est pru­dent de ne pas publier ses pho­tos de vacances à par­tir de votre lieu de vil­lé­gia­ture, et d’attendre patiem­ment votre retour pour les par­ta­ger avec vos amis. L’alternative consiste à mai­tri­ser l’outil, mais si ce billet vous a appris quoi que ce soit que vous igno­riez jusqu’ici, c’est que vous en êtes loin.

http://fr.readwriteweb.com/2010/07/27/a-la-une/des-chercheurs-mettent-en-garde-sur-les-dangers-du-gotagging/


Et pour poursuivre cette excellente réflexion… "les petits cons parlent aux vieux cons"

Le problème, ce n’est pas la transparence, mais la surveillance

[JM Manach - BugBrother - 30/06/2010]

Réagissant à la diffusion de l’enregistrement pirate des conversations privées de Liliane Bettencourt, au fait que la jurisprudence actuelle considère que les informations acquises de manière illicites ont “valeur probante“, et à la banalisation des technologies de surveillance, qui ne sont plus l’apanage des seuls services secrets, l’avocat Daniel Soulèze Larivière publie dans Le Monde une tribune dénonçant le “dangereux mirage de la transparence à tout prix“, et dresse un parallèle avec le cauchemar des écoutes systématiques de la Stasi, en ex-RDA.

De même que les journalistes ne sont pas des espions, ou que le fait de bronzer les seins nus n’est pas un blanc-seing pour mettre la main sur les poitrines de ces dames, il me semble, a contrario, très important de faire le distingo entre ce qui relève de la transparence, et ce qui relève de la surveillance, entre ce qui relève de la liberté d’expression et ce qui rélève de l’atteinte à la vie privée. En démocratie, le problème, ce n’est pas la transparence, c’est la surveillance.

Daniel Soulèze Larivière propose de projeter “La vie des autres” dans toutes les écoles (”y compris de journalisme“), et rappelle que “ce qui est en cause, c’est la différence qui doit rester irréductible entre le public et le privé. La ” transparence ” n’est en aucun cas un concept vertueux susceptible de briser cette barrière. Une société qui n’accepte pas ce principe frustrant est perdue” :

Comment mettre un terme à cette dégringolade ? Il ne s’agit plus d’un mur à détruire à Berlin comme dans l’ex-République fédérale d’Allemagne (RFA), mais d’un mur à reconstruire dans l’esprit des médias, des juges, des avocats et des citoyens pour qu’on cesse de se noyer dans le mirage de la transparence. Que les difficultés majeures que connaît notre société facilitent de telles brèches ne justifie pas qu’on ne fasse rien pour freiner cette course au suicide collectif.

Personne n’est innocent. L’Inquisition le savait déjà, et chacun d’entre nous va le redécouvrir avec la démultiplication de moyens que permettent les nouvelles technologies. Peu de gens comprennent qu’il ne faut pas regarder par le trou de la serrure et fouiller les poches de ses proches, non plus qu’écouter aux portes. Jadis on l’apprenait aux enfants. C’est ce que les adultes ignorent aujourd’hui. Il faut se souvenir que la transparence absolue, c’est la mort, car il n’y a plus rien à voir, donc on voit tout ! La société transparente est la société de la mort, morte et mortifère.

On ne peut que souscrire à ce type d’appel à la protection de la sphère privée. A ceci près que le problème, ce n’est pas la transparence, mais la surveillance et que cette confusion est typique de ceux qui amalgament, à tort, la montée en puissance, et la banalisation, de la société de surveillance, avec la montée en puissance de l’internet et des technologies de l’information. Ce que j’ai tenté de démontrer lorsque le blog du modérateur m’a longuement interviewé à l’occasion de la publication de deux e-books, L’identité numérique en question, puis Identité numérique, enjeux et perspectives.

A rebours du bruit médiatique ambiant, qui tend à amalgamer Facebook et les fichiers policiers, les réseaux sociaux et Big Brother, je pense que l’internet est plus du côté de la solution que du côté du problème, parce qu’on ne peut pas le censurer, mais qu’on peut, a contrario, apprendre à s’y protéger. Voir aussi, à ce titre, Comment contourner la cybersurveillance ?, mon Petit manuel de contre-espionnage informatique, ainsi que Gorge profonde, le mode d’emploi, qui explique comment garantir la confidentialité de ses sources, un devoir professionnel pour tout journaliste, avocat, médecin et autre professionnel tenu au secret professionnel. (suite…)


Quitter le monde des reseaux sociaux avec Suicide Machine
[Julian Pidoux - Le Matin  - 23/01/2010]
Une application en ligne permet de disparaitre de réseaux sociaux, tels Facebook ou Twitter, en quelques minutes. Elle répond ainsi aux attentes de nombreux internautes qui trouvent leur alter ego virtuel beaucoup trop envahissant

Vous voulez disparaitre de Facebook, de MySpace, de LinkedIn ou de Twitter? C’est désormais possible grâce à la Web 2.0 Suicide Machine; une application grauite qui purge votre présence en ligne sur certains réseaux sociaux.

Depuis son lancement le 19 décembre dernier, la Suicide Machine a déjà assisté près de 1400 morts virtuelles, mettant fin à près de 95 000 amitiés sur Facebook et 280 000 tweets sur Twitter.

Rapide, facile et définitif: Une fois vos mot de passe et nom d’utilisateur entrés, il suffit de lancer la machine. Le programme éliminera alors la moindre information vous concernant, un peu comme si vous le faisiez manuellement. Mais si éliminer un par un mille amis sur Facebook prend exactement 9 heures et 35 minutes, avec Suicide Machine, l’opération ne dure que 52 minutes. Ne subsiste qu’un cybersquelette: un profil sans aucune donnée.

Et les internautes semblent adorer, comme en témoignent les nombreux messages postés sur le site mais aussi les files d’attente en ligne. Trop de requêtes «Nous avons tellement de succès que l’application n’arrive pas à traiter toutes les demandes à la fois, explique Walter Langelaar, directeur du projet. Nous travaillons donc pour tenter d’améliorer la capacité de traitement. Pour l’heure, c’est là notre priorité.»… (suite…)


Dans la même veine.. "je peux pucer mon chien, alors pourquoi ne pas pucer mon adolescent rebelle histoire de le retrouver s’il fugue ou s’il ne vas pas à l’école ?", "Je peux pucer mon chien, alors pourquoi ne pas pucer (discretos) ma femme/mon mari, histoire de savoir s’il est volage ?", "Je peux pucer mon chien, alors pourquoi ne pas pucer chaque nouveau né à la naissance histoire de pouvoir le localiser s’il est enlevé par les pédophiles, s’il se casse une jambe lors d’une randonnée, s’il se fait ensevelir par une avalance en faisant du hors-piste, s’il va chez les putes, s’il va dans un cinéma porno, s’il traîne dans les mauvais quartiers, s’il a des mauvaises fréquentations…"

Les possibilités sont infinies… et vous n’avez aucune raison valable de refuser cette surveillance (qui est faite pour votre bien) SI VOUS N’AVEZ RIEN A VOUS REPROCHER. C’est EXACTEMENT ce que me disait le conférencier recruteur de la STASI, qui venait nous parler de son métier, dans mon lycée, du temps de l’Allemagne de l’Est.

[Affordance Blog - 02/05/2010]

"WE SHOULD DOCUMENT THEM" – C’est ici le "them" qui a toute son importance. C’est aux Etats-Unis. C’est un candidat au congrès, républicain, médecin par ailleurs qui parle. Qui parle de "pucer" les immigrants clandestins pour les "documenter". Littéralement. "To document" : Verbe transitif. Documenter.

Source :

  • "I think we should catch ’em, we should document ’em, make sure we know where they are and where they are going," said Pat Bertroche, an Urbandale physician. "I actually support microchipping them. I can microchip my dog so I can find it. Why can’t I microchip an illegal ?"

Traduction :

  • "Je pense que nous devrions les attraper, les documenter, s’assurer de savoir là où ils sont et ce qu’ils font", a déclaré Pat Bertroche, un médecin d’Urbandale. "En fait, je soutien les micropuces. Je peux pucer mon chien pour que je puisse le trouver. Pourquoi ne puis-je pas pucer un clandestin ?"

C’est à ma connaissance l’une des toutes premières fois (la première fois ?) où l’on emploie a dessein le terme de "documenter" pour décrire une ambition qui dépasse de très loin le seul "fichage" (déjà très avancé) des êtres humains. L’une des toutes premières fois où l’on parle de documenter des êtres humains, au sens premier, littéral du terme.

Au-delà de l’écoeurement, l’homme est donc bien un document comme les autres … Le pan-catalogue des individualités humaines** continue son inexorable avancée. Les clandestins seront-ils, en plus du reste, les premiers hommes de la zone grise, des hommes-documents doublement orphelins ?

La résistance à la redocumentarisation est décidément d’une brûlante actualité.

** Voir l’article de la revue Hermès dont le pitch est le suivant :

  • "(…) La gestion des identités numériques laisse entrevoir la constitution d’un pan-catalogue des individualités humaines, ouvert à l’indexation par les moteurs de recherche, et pose ainsi la question de la pertinence des profils humains. (…) Il devient nécessaire de questionner le processus qui après avoir ouvert l’indexation à la marchandisation, après l’avoir parée de vertus « sociales », place aujourd’hui l’homme au centre même du cycle documentaire, non plus comme sujet-acteur, mais comme un objet-documentaire … parmi d’autres. La question qui se pose est donc clairement celle du caractère indexable de l’être humain. Celle de savoir si l’Homme est, ou non, un document comme les autres."

http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/05/we-should-document-them.html


[Les Echos - 14/04/2010]

Maître de conférences en économie à l’université Paris-Sud et auteur de « L’ économie des données personnelles et de la vie privée » , Fabrice Rochelandet décrypte les risques d’internet pour les informations privées.
Les Echos : Internet, particulièrement les réseaux sociaux, se nourrit de plus en plus de données personnelles. Quelles sont les conséquences sur la vie privée ?

Fabrice Rochelandet : L’une des principales conséquences est la multiplication des modes de collecte de données, entre la géolocalisation, les puces RFID, la biométrie… Il y a également une tendance des individus à se dévoiler et publier à outrance leur vie privée sur internet, avec les réseaux sociaux. Il y a quelques années, on parlait de nos informations privées, mais elles restaient dans le cadre privé, familial ou amical. Désormais, ces données sont ouvertes et à la portée de n’importe quel individu.

Quels sont les risques qui en découlent ?

Il y a deux positions très tranchées sur la question : ceux qui souhaitent à tout prix protéger leurs données et les autres qui nient en grande partie tout risque. Je pense qu’il faut avoir une position intermédiaire, car il y a plusieurs degrés de risque. Certains sont quantifiables, comme les spammings, et donc mutualisables. D’autres risques sont moins visibles, tels que la discrimination par les prix, avec des internautes dont les données privées ont été collectées et qui payent des prix différents en fonction de leur métier, de leur salaire… Ca a été notamment le cas d’Amazon, qui faisait payer des prix plus élevés à ses clients fidèles !

Peut-on parler d’un «glissement» de la sphère privée avec internet ?

On peut parler d’une nouvelle définition. Surtout, il n’y a pas de norme sociale de la vie privée. Chacun a sa propre stratégie, et se comporte comme il veut. En raison de cette pluralité de comportements, il n’existe aucune norme et il est impossible de conseiller un comportement sur internet. Les frontières bougent car les gens ont tendance à devenir des personnages publics sur internet. Il est désormais connaître beaucoup de choses d’un individu qu’on ne connaît pratiquement pas, de ses préférences politiques jusqu’à ses attirances sexuelles. C’est assez insidieux puisque cela peut engendrer des changements de comportement. De même, les entreprises peuvent découvrir des informations sur leurs employés, leurs futurs employés et autres postulants. Il y a un décloisonnement des espaces, qui crée de nouvelles formes de relations sociales. Pour autant, je ne crois pas à la fin de la vie privée sur internet. Cette notion évolue, tout simplement, ce qui explique la difficulté actuelle à légiférer ce sujet.

Les gens sont conscients des risques, mais ils s’inscrivent de plus en plus sur les réseaux sociaux… N’y a-t-il pas un paradoxe ?

Ils sont conscients des risques, mais ceux-ci sont futurs, peu visibles et non quantifiables. Personne n’est dupe, mais le bénéfice et la satisfaction immédiats prévalent sur les risques à long terme, comme le fumeur préfère prendre du plaisir immédiatement avec sa cigarette. Ainsi, un adolescent ne prendra que très peu en compte les risques en termes d’emploi de ses publications sur Facebook. Et c’est en dévoilant des informations personnelles que l’on crée du lien.

C’est d’autant plus dommage qu’il existe des outils de cryptage, des solutions de protection et d’anonymation des données, très souvent gratuits. Mais ces solutions sont peu adoptées car installer de tels outils nécessite des compétences précises. En outre, elles signifieraient, pour beaucoup, se démarquer socialement des autres.

Est-ce possible de garder le contrôle de ses données sur le web ?

Oui si l’on n’a pas de portable, ni internet… Et encore, il y a la vidéosurveillance. A moins de «faire le Robinson», il est impossible de garder totalement le contrôle de ses données privées sur internet.

Pour autant, le droit à l’oubli est souvent avancé comme une possible solution…

Le droit à l’oubli permet, certes, de demander à un opérateur d’effacer des données privées. Encore faut-il qu’il le fasse réellement, sans conserver aucune trace. Mais le véritable problème est de retrouver et remonter toute la chaîne de traçabilité de ces données. Le droit à l’oubli est, à la limite, applicable pour un opérateur, mais impossible au-delà en raison de l’asymétrie d’informations. En tout cas, je n’y crois pas un instant.

En parallèle, on recherche des solutions, en s’appuyant sur d’anciennes normes. Auparavant, les échanges se faisaient entre personnes physiques. Désormais, le contexte est totalement différent par rapport aux années 1970, et l’exploitation des données personnelles s’est démultipliée…

Que préconisez-vous alors ?

Il y a deux pistes qui me semblent intéressantes. La première est la labellisation des sites, une pratique récente en France avec la crise mais plus avancée aux Etats-Unis. Outre-Atlantique, elle est réalisée par des filiales de grands groupes à but lucratif… Et certaines études assez sérieuses ont révélé que la probabilité de tricherie était plus importante pour les sites labellisés que les autres… En France, il faudrait une agence indépendante, voire une ONG totalement autonome ou une institution, qui se finance qu’avec les amendes qu’elle récolte pour être crédible.

L’autre solution est la prévention. La loi votée fin mars 2010 au Sénat comporte un volet censé amener les gens à avoir un comportement plus prudent. Mais le problème dans ce cas tient au canal de cette prévention : les professeurs. D’autant que, quand on crée un interdit, les plus jeunes ont tendance à l’outrepasser. Les parents ont été rajoutés par la loi mais ils sont bien souvent dépassés par ces technologies. Cette solution peut être intéressante si elle est mieux ciblée. Faire des campagnes de sensibilisation en utilisant internet et en alertant les internautes dès qu’ils envoient des données personnelles serait plus efficace. Ce peut être une solution. Mais, comme toutes les autres, elle ne peut exister et être respectée que s’il y a une collaboration et une réflexion de tous les spécialistes techniques, juridiques, pédagogiques, psychologiques…

http://www.lesechos.fr/info/hightec/020477802230.htm


Le fantasme sécuritaire, dans sa plus simple expression…

[Alexander Lehmann - Vidéo -Soustitres de Mecanopolis]

Le site de Alexander Lehmann fourmille de petites vidéos géniales : http://alexanderlehmann.net/

http://www.dailymotion.com/video/x9t6ek_tu-es-un-terroriste_news

Page suivante »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 132 autres abonnés