Palestine



Pendant ce temps là, les colonies illégales du gouvernement israélien sont tolérées et même encouragées…

[Dov Lerner – ISM – 03/12/2011]

Ceci se passe cette semaine dans le village de Um Fagarah au sud d’Hébron. L’armée israélienne est venue détruire deux maisons, une mosquée, une grange et une structure abritant un générateur. Le prétexte : pas de permis de construire, comme dans 72 % des territoires palestiniens placés en Zone C depuis les fameux « accords d’Oslo ».

On voit ici 2 jeunes filles obligées à s’agenouiller par les soldats israéliens puis aspergées de gaz lacrymogène et arrêtées, tandis que l’armée refuse de répondre à quelqu’un qui ne cesse de demander « Mais pourquoi vous les emmenez ? », et le menace de lui confisquer son passeport.

Dans toutes ces régions de la Cisjordanie et de Jérusalem Est, plus de 90 % des demandes sont ignorées ou refusées. Les Palestiniens sont donc obligés de construire sur leurs terres sans permis israélien. Alors ils se font exproprier après destruction de leurs biens : écoles, cliniques centrale solaire, mosquées, puits, abris pour les animaux… et privation de tout accès à l’eau et l’électricité.

Et pendant ces démolitions, la colonisation s’accélère, comme le confirme un rapport de l’ONU. Nos gouvernements financent avec notre argent différents projets qui sont ensuite détruits par Israël sans qu’aucune sanction soit prise, bien au contraire.

Réagissons !

  •  Par l’amplification de la campagne BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions)
  •  par l’organisation de campagnes citoyennes massives et non violentes comme la prochaine mission « Bienvenue en Palestine » du 15 avril prochain. Informez-vous sur le site http://www.bienvenuepalestine.com. Contactez-nous à contact@bienvenuepalestine.com

[Filippo Fortunato Pilato – terrasantalibera.org – Mondialisation.ca,  15 avril 2011]

La sentence de mort émise par le Mossad à l’encontre de Vittorio Arrigoni depuis « Plomb durci » a finalement été exécutée. Vittorio, à la différence d’autres militants britanniques, Français, ou autres, était le seul Italien témoin de « Plomb Durci » : il avait vu trop de choses, il était en train de témoigner de trop de choses, en italien. Ses chroniques étaient rapportées dans les journaux et revues, Internet et presse écrite.Mais surtout une condamnation à mort avait été émise contre lui par les milices sionistes, qui en avaient diffusé la communication en ligne dès le début de l’année 2009, assorties de menaces et proclamations sionistes folles.

Personne en effet ne nous enlèvera la conviction, même si nous n’avons pas actuellement de preuves, mais elles sortiront, que la mort de Vittorio est l’œuvre des services israéliens infiltrés dans l’inexistant « réseau fantôme » d’Al Qaeda : parce que, sachons-le, quand est écrit Al Qaeda, il faut lire Cia et prononcer Mossad.

Son corps sans vie a été trouvé aujourd’hui à l’aube, vendredi 15 avril, dans une maison abandonnée de la Bande de Gaza.

Trois hommes armés, du groupe jihadiste salafiste auto dénommé  « The Brigade of the Gallant Companion of the Prophet Mohammad Bin Muslima », avaient enlevé dans le centre de Gaza le militant pacifiste du Free Gaza Movement, membre aussi de l’International Solidarity Movement : les ravisseurs demandaient comme rançon au Hamas, qui est en charge du gouvernement à Gaza, la libération de certains salafistes détenus dans les prisons du Hamas (de l’administration carcérale du gouvernement élu, NdT), parmi lesquels aussi Cheikh Al Saidani (plus connu comme Abou Walid al Maqdisi), leader des groupes Tawid et Jihad, affiliés à Al Qaeda.

Hamas dans la Bande de Gaza a la main lourde avec les terroristes, les vrais, qui sentent à plein nez les « services israéliens », et dont les gestes inhumains sont exploités comme excuse pour les représailles sionistes aux dépens de la population de Gaza.

En cas de non acceptation des requêtes des ravisseurs, Vittorio aurait été tué avant 17h. (Heure locale) à Gaza.

Les groupes dirigés par Al Maqdisi/Al Saidani ont fait des dizaines de victimes dans des attaques contre des objectifs civils et Al Maqdisi/Al Saidani a été arrêté par les forces égyptiennes (voir rectification en fin de texte, NdT) il y a à peine plus d’un mois avec l’imputation de divers attentats terroristes, parmi lesquels celui contre un hôtel du Sinaï où une vingtaine de personnes avaient été tuées en 2006. (suite…)


Le rapport Chilcott, c’est encore une fois du n’importe-quoi… ce qui est incroyable c’est que la presse internationale aux ordres gobe ce genre de conneries. Mais c’est vrai que les morts sont des « islamistes », autrement dit, on peut leur faire ce que l’on veut. Imaginez un instant que l’armée chinoise ait pris d’assaut un bateau de tibétains… qu’est-ce qu’on aurait pas entendu !!!!
Pas de fusils ? Il s’agit probablement de terroristes (The Independent)
[Mark Steel – The Independent (5 août 2010) – Traduction Des Bassines et du Zèle –  repris par Le Grand Soire – 12/08/2010]

Texte original : Mark Steel : No guns ? They must be terrorists http://www.independent.co.uk/opinio…

(…) Un des faits qui ressort de cette enquête (de la commission d’enquête israélienne sur l’attaque meurtrière du Mavi Marmara par l’armée israélienne), c’est que les victimes, d’après le «  »Sergent S » qui a tué six d’entre elles, étaient « sans aucun doute des terroristes« . Car, d’après son témoignage, il « voyait la folie meurtrière dans leurs yeux« .

Ceci correspond tout à fait à la définition d’un terroriste selon les lois internationales, à savoir quelqu’un qui a « de la folie meurtrière dans les yeux« , et indique que le témoin principal dans un procès pour terrorisme n’est pas le médecin légiste, ni l’expert en explosifs mais l’ophtalmo. En examinant l’iris d’une personne, un bon ophtalmo peut diagnostiquer si elle est myope, presbyte, Hamas ou séparatiste basque.

Mais il y a mieux. D’après le Jerusalem Post, les Forces armées israéliennes ont déclaré à la commission que le groupe sur le bateau était constitué de « gens bien entrainés, probablement d’anciens soldats » parce que chaque équipe de mercenaires était équipée d’appareils de communication Motorola, de façon à faire circuler l’information. Ainsi, donc, ces pseudo-militants pour la paix étaient armés de téléphones portables ! C’est un miracle qu’ils n’aient pas mis tout le Moyen-Orient à feu et à sang. Et dire que Motorola et d’autres sinistres marchands d’armes comme Nokia et Orange se livrent ouvertement à un trafic d’armes létales !

Si les Forces armées israéliennes (l’IDF) étaient chargées de maintenir l’ordre dans un festival de rock, au moment où tout le monde se sert de son téléphone pour prendre des photos, elles tireraient dans la foule. Et, après avoir tué 3000 personnes, le Sergent S dirait : « Bravo, les gars, si nous ne nous étions pas méfiés, cela aurait pu vraiment mal tourner ! »

Il aurait pu être éventuellement difficile de prouver les intentions meurtrières oculaires du groupe étant donné qu’aucun d’entre eux n’avait d’arme à feu. Mais l’IDF a expliqué que les « mercenaires » préféraient se servir de battes de baseball, de barres de métal et de couteaux, dans la mesure où, s’ils avaient tiré avec des armes à feu, il aurait été évident qu’il s’agissait de terroristes et non pas de pacifistes« . Et donc, c’était encore une duplicité de la part de ces terroristes de cacher qu’ils étaient des terroristes en ne faisant rien de terroriste. Ca, c’est comme ma voisine, elle cache le fait qu’elle est terroriste en ayant 74 ans et en passant ses journées tranquillement à faire du jardinage sans jamais tirer sur qui que ce soit, cette horrible sorcière.

Encore plus flagrant, il a été dit à la commission d’enquête que le groupe avait bien des armes à bord, mais que « les mercenaires ont jeté leur armes par-dessus bord quand le commando a pris le contrôle du bateau » parce que, ça, cela fait partie de l’entrainement classique à la guérilla, être armé de fusils jusqu’au moment où arrive l’ennemi et s’en débarrasser aussitôt. C’est ce que font tous les grands stratèges militaires. C’est la raison pour laquelle Nelson a dit, lors de la bataille de Trafalgar : « Les gars, voilà les Français, alors nous, les Anglais, accomplissons notre devoir de soldat : jetons tous les fusils par dessus bord. Ca leur apprendra, à ces salauds de Français !« .

Et tout le reste à l’avenant, avec le premier ministre Netanyahu qui approuve ouvertement, qualifiant lui-même les victimes de « mercenaires« . Parce que ces mercenaires voulaient apporter des produits comme des médicaments dans une zone sous blocus, ce qui est tout à fait normal pour un mercenaire, sauf qu’au lieu d’être du trafic d’armes, c’était du trafic d’inhalateurs.

Mais petit à petit, l’Etat d’Israël découvre qu’il lui faut rendre des comptes publiquement, et que les sempiternelles excuses ne fonctionnent plus aussi facilement. A partir de maintenant, il va falloir que ses dirigeants mettent dans leurs couilles un peu plus de réflexion, cela, pour aller dans le bon sens.

http://www.legrandsoir.info/Pas-de-fusils-Il-s-agit-probablement-de-terroristes-The-Independent.html


Un tract (déjà assez vieux, daté de 2002 ???) ramassé dans un stock de vieux papelards lors d’une fin de braderie….

PARIS, BRUXELLES, HEBRON : UNE SEULE REVOLUTION ?
Manifeste de soutien des nationalistes radicaux et identitaires belges et français à la juste cause du peuple palestinien.

POURQUOI UN TEL TEXTE ?
Avant tout, nous tenons à préciser que ce texte n’a pas pour but de lancer une polémique haineuse envers qui que ce soit. Nous respectons les sensibilités d’autres nationalistes et leur reconnaissons évidemment le droit de penser différemment sur des sujets particulièrement complexes tels que celui que nous évoquons.

Mais nous pensons nécessaire d’ouvrir un débat et d’opposer des contre-arguments à ceux qui privilégient la thèse voulant faire de l’Islam, voire du monde arabe, le premier et quasi seul ennemi des nationalistes européens.

Et si nous voulons le faire, c’est parce que lorsque nous disons que nous rejetons le racisme à la « Dupont Lajoye « , c’est pour nous plus qu’un slogan. Nous n’en voulons pas à des peuples en tant que tels. Nous voulons juste défendre le nôtre et rester les maîtres chez nous. Ni plus, ni moins.

HEBRON N’EST PAS LA SEINE ST DENIS OU ANDERLECHT
De même, nous sommes bien conscients des souffrances que les excès de l’immigration provoque au sein de notre population et le danger que le métissage fait courir à l’identité de nos peuples. Et c’est bien car nous militons depuis des années en première ligne contre la politique d’immigration de nos gouvernements que nous avons le droit de crier qu’il ne faut pas mélanger les genres et les situations. Comparer ce qui se passe dans les banlieues belges ou françaises avec l’Intifada en Palestine est totalement faux et dangereux.

Faux car si en Europe, on a à faire à des bandes de jeunes déracinés qui veulent imposer des no-man’s-land à la police pour faire tranquillement du  » business « , il s’agit en Palestine de la révolte de toute une population qui se trouve sur sa terre et se bat pour qu’on lui reconnaisse ses droits légitimes.

Dangereux car en assimilant tout le monde arabe aux agissements (inacceptables) de certaines bandes multiculturelles en France ou en Belgique, on prend le risque que notre famille politique se retrouve une fois de plus le porte flingue de la droite sioniste. Ou du moins qu’elle soit assimilée à cela.

D’EXTREME-DROITE EN ISRAEL…
D’ailleurs, on lit et on entend de plus en plus souvent, des parallèles entre les agissements de Sharon et ce qu’on aimerait connaître dans nos propres pays en matière de maintien de l’ordre. Certains nous rappellent d’ailleurs lourdement que Sharon fait partie d’une droite nationale qui serait proche des valeurs que nous défendons.

Mais là aussi, la solidarité entre  » nationalistes  » que l’on nous propose est à sens unique. En effet, le fait que Sharon se revendique d’une droite sioniste musclée entraîne qu’il est soutenu en Europe par des groupes de droite sioniste de type  » Betar  » et  » Tagar « . Et ces  » nationalistes  » là semblent, eux, ne pas avoir de remords à s’attaquer à des nationalistes européens.
(suite…)


[Haaretz du 09/02/2002 – Commentaires libres par Akiva Eldar Traduction « Mouvement Shalom Archav »]

Des propos semblable à ceux publiés ci-dessous ont ete tenus un nombre incalculable de fois depuis le debut de l’occupation, et encore davantage depuis que la presente intifada a eclate.

Ce qui rend ce qui suit unique – des passages extraits d’une interview du Colonel Dov Tzedaka, chef de l’Administration Civile en Cisjordanie, tient a l’auteur des propos, et au lieu dans lesquels il les tient. L’interview, realisee par le journaliste Guy Zackheim, a ete publiee dans le magazine de l’armee, « Bamakhane » (« dans le camp », ndt).

Le journaliste accompagnait cet officier de haut rang, issu du « Sayeret hamatkal« , unite de commandos d’elite, dans une visite destinee a « corriger les fausses impressions a propos de ce qui se passe dans les territoires ». Et il est de fait que l’article decrit l’Administration Civile comme un facteur de maintien d’une certaine harmonie dans l’attitude d’Israel a l’egard de la population civile des territoires.

Selon les mots de Tsedaka, l’administration « contribue a de meilleurs processus que de tirer ici ou la« , ou « j’ai maintenant envie d’eviter de me retrouver devant la Cour Internationale de La Haye comme inculpe de crimes de guerre. Alors, comment je m’y prends? Je maintiens, autant qu’il est possible, et vous verrez que cela est bien triste, le mode de vie le meilleur possible, et meme un peu moins que cela, pour la population palestinenne« .

Voila le contexte dans lequel il faut lire ce qui va suivre. On peut aussi se rappeler a cette occasion la lecon du Chef d’Etat Major Shaul Mofaz a Yasser Arafat, selon lequel la souffrance des Palestiniens ne le derangent pas le moins du monde.

« Tzedaka regarde le long bouchon forme par les taxis bloques au barrage que Tsahal a installe sur la route principale du Bloc Etzion« , ecrit le journaliste. « ‘L’Etat d’Israel a decide que seuls les maitres de la terre pouvaient circuler sur cet axe, nos colons eclaires‘, dit Tzedaka. ‘Je vais prendre un risque et dire que parfois, ceux qui ne laissent pas ces gens circuler me degoutent‘ ».

« Et cela encore, ca n’est rien », continue Tzedaka. Il y a 15 jours, j’ai vu un pere de famille marcher avec deux paniers et un enfant de 5 ans sur ses epaules, et derriere lui une mere avancer en trebuchant, avec un tout nouveau-ne, ils marchaient du carrefour d’Ayosh jusqu’au village de Beitin. Franchement, quel bien en retirons-nous? J’imagine ma femme marcher comme ca avec ma fille, trebuchant dans la boue. Brrrr, j’en tremble… J’essaie d’aider, pour rendre les choses agreables, mais qu’il y a-t-il d’agreable a tirer un enfant sur un kilometre? Je pense que tout ca est nul … Dans ces cas-la, je vais voir le general en chef et je lui dis que tout ca n’est pas serieux, je previens le commandant de brigade. Mais que puis-je faire? Est-ce que je peux changer le monde? Non« .

Le journaliste remarque : « on continuera a voir de telles scenes tant qu’Israel restera dans les territoires« . Tzedaka ne proteste pas : « tant qu’on ne parviendra pas a un accord global, ca ne finira pas« , dit-il.

Deux versions

Selon le Ministre de la Defense Ben-Eliezer, Israel a deracine environ 5500 dounams (1 dounam = 10 ares, ndt) d’oliviers, et a « expose » (un terme de Tsahal signifiant detruire) 4500 dounams de champs cultives. « La decision de detruire des maisons ou de deraciner des arbres, dans le contexte de la lutte qui s’est instituee dans les territoires », explique Ben-Eliezer, nouveau leader du Parti Travailliste a Ran Cohen, depute du Meretz, « est prise lorsqu’il existe des imperatifs militaires exigeant l’installation d’infrastructures. Quand il y a un lien entre ces besoins et un dommage eventuel a la population civile, en l’absence d’alternative, la decision se prend en essayant de causer le moins de dommages possible ».

La version du chef de l’Administration Civile en Cisjordanie montre que le Ministre de la Defense a tout simplement pris le depute pour un imbecile.

Le journaliste demande si Israel ne s’est pas montre ecxessif quant aux destructions de maisons et aux deracinemments d’arbres. Tzedaka : « a Gaza… absolument. A mon avis, ils ont fait certaines choses qui depassaient les bornes. Apres les evenements a Alei Sinai et Dugit (attentats terroristes contre des colonies juives au Nord de la Bande de Gaza), ils ont effectue des « expositions » massives. Des centaines de dounams de fraises, d’oliviers et de serres ont ete detruits. A mon avis, ce n’est pas convenable… Cela attirera encore la haine et les critiques. C’est tout bonnement idiot. Meme en Judee et en Samarie, il y a eu des endroits ou nous nous sommes rendus coupables de cela. Dans certains cas, je donne mon accord pour un certain nombre d' »expositions », mais quand j’arrive sur place, je decouvre que nos troupes en ont trop fait« .

Tzedaka dit qu’il y a des cas ou il n’y a pas d’autre choix que d’arracher des oliviers et d’exposer des champs, mais se depeche d’ajouter : « avons-nous ete excessifs dans certains endroits? Pour etre honnete … oui. Bien sur. Bien sur. On donne son accord pour deraciner 30 arbres, et le lendemain, on arrive et on constate que 60 arbres ont ete deracines. Le soldat, ou l’officier du regiment se fait deplacer. Il y a eu des cas comme ca, il ne faut pas les ignorer. Nous sommes responsables de ce qui se passe. Des enquetes sont effectuees. Des gens passent en jugement. »

Le journaliste demande : « Jusqu’a present, quelqu’un a t-il ete condamne? »

Tsedaka (en riant) : « Non. Mais ils se sont fait taper sur les doigts. De facon assez crue ».

Il serait interessant de connaitre l’avis du procureur militaire sur ce temoignage venant d’un officier de haut rang.

Les versions du ministre de la defense et de cet officier de terrain ne different pas seulement sur la situation effective sur le terrain. Elles different aussi en regard de la procedure employee pour les destructions et les deracinements. Ben-Eliezer : « la personne en charge de la decision concernant un deracinement ou une destruction est le commandant de brigade, ou le commandant de division« . Tzedaka : « La demande parvient jusqu’a moi. Je verifie si elle est justifiee, je la transmets au conseiller juridique, et seulement apres, nous recommandons au general d’approuver la decision. Au credit du Commandement Central, je peux dire qu’il se montre tres pointilleux, et qu’il verifie que chaque branche n’est detruite qu’avec son approbation« .


Lors de la conférence au Salon international du livre à Genève, Tariq Ramadan a abordé quelques enjeux du conflit israélo-palestinien : le rôle des Etats-Unis, la question religieuse, les divisions palestiniennes, la résistance et la solidarité…
[Michel Collon – Investig’Action – 24/06/2010]

Il y a quelques semaines, nous avons pu observer des tensions entre l’administration Obama et Benyamin Netanyahu sur les nouvelles colonisations à Jérusalem. Est-ce un signe d’un divorce entre Tel Aviv et Washington ?

Toute la question portait sur les colonies de peuplement qui aujourd’hui sont une réalité à Jérusalem et qui continuent. Toute personne sait que les différents gouvernements israéliens ont joué, résolution après résolution, véto après véto (essentiellement américains), sur le temps qui passe, pour une politique du fait accompli : gagner du temps en parlant de paix, gagner du temps en parlant de dialogue et… sur le terrain, on voit que la solution de deux États est mise à mal par la stratégie israélienne, et c’est vrai aussi à Jérusalem.

Obama (malgré son discours du Caire) est allé devant un lobby israélien, l’AIPAC, à Washington, pour leur dire que Jérusalem était la capitale éternelle de l’Etat d’Israël. C’était donc une position qui était une carte blanche pour le gouvernement israélien.

Et Netanyahu devant le même AIPAC a dit « nous ne sommes pas en train de coloniser Jérusalem, c’est une terre qui nous appartient depuis 3000 ans ». Ce premier ministre justifie une action de colonisation par un argument strictement religieux. On nous présente un Etat démocratique et laïque, mais il prend comme argumentaire de sa colonisation un justificatif strictement religieux.

Cette polémique autour de la mosquée al-Aqsa voudrait pourtant nous faire croire qu’il s’agit vraiment d’un conflit entre juifs et musulmans…

On aurait dû entendre tous les Etats européens, tout comme l’administration américaine dénoncer ce discours scandaleux. Ils auraient dû rejeter ce discours religieux qui provient des plus extrémistes de l’échiquier israélien. Et rien n’a été dit ! On a simplement reconnu que le gouvernement de Netanyahu est soutenu par des extrémistes et que lui ne plie pas devant l’administration américaine… Mais derrière ceci et avant tout, ce que nous avons est un justificatif de la politique israélienne par des questions religieuses.

Raison pour laquelle il faut faire deux choses : déconstruire le discours religieux et répondre par un discours politique.

Il ne faut pas rentrer dans le jeu de l’acceptation au nom du discours religieux, mais en venir à une vraie question politique ; ne pas laisser un Premier ministre jouer, quand il veut sur le religieux, et quand il veut sur le politique. (suite…)


Commentaire de Dov : Après la piraterie en haute mer, voici les bandits de grand chemin… que faut il attendre d’autre de la part d’un Etat qui ignore le droit international, se fout de la légalité et est certain de son impunité ? « Voler un Arabe, ça ne compte pas » disait ma Tante qui vivait à Rishon… alors voler les amis des Arabes, ça compte encore moins. On attend effectivement avec impatience la réaction de Bernard-Henri Levy qui déclarait, à propos de l’armée israélienne, qu’il n’avait jamais vu « une armée aussi démocratique, qui se pose autant de questions morales »

Il en va de même pour les marchandises qui passent par les Check-Point israéliens, les vols sont nombreux, quand ce ne sont pas les dégradations (sacs crevés, urine ou charognes dans les chargements) réalisées par les soldats, en pleine vue de leurs supérieurs…

Il faut boycotter cet Etat-Voyou !

Des soldats israéliens achètent des Ipod avec les cartes de crédit confisquées aux passagers de la Flottille pour Gaza !

[Oumma.com – 21/06/2010]

Selon le quotidien britannique The Guardian, plusieurs passagers de la Flottille pour Gaza ont eu la désagréable surprise de constater que leurs cartes de crédit, confisquées par les autorités israéliennes lors de l’arraisonnement des bateaux, étaient utilisées en Israël. C’est ainsi que la carte bleue d’Ebrahim Musaji, citoyen britannique de 23 ans (à bord du Marmara), a été utlisée à plusieurs reprises dans les jours suivant l’assaut, entre autres pour acheter… des accessoires pour Ipod sur un site néerlandais ! D’autres passagers ont indiqué que leurs téléphones portables avaient été utilisés…

Même chose pour Kathy Sheetz, militante californienne qui se trouvait à bord du Challenger 1, et dont le compte a été débité de plus de 1000 dollars en Israël depuis le 6 juin dernier. David Schermerhorn, 80 ans, de l’Etat de Washington, Manolo Luppichini, journaliste italien, se plaignent également de tels larcins israéliens.

Des passeports, dont trois appartenant à des citoyens britanniques, n’ont toujours pas été rendus à leurs propriétaires.

Les passagers de la flotille de la liberté indiquent que les Israéliens qui les ont kidnappés et retenus en otages, sont encore en possession d’argent, de matériels et effets personnels (caméras, ordinateurs…) pour un montant de plus d’un million de livres !

http://www.guardian.co.uk/world/2010/jun/18/gaza-convoy-activists-debit-card-fraud

« On attend avec impatience la réaction indignée de Bernard-Henri Levy qui, la veille de l’assaut sanglant contre le convoi humanitaire, déclarait, à propos de l’armée israélienne, qu’il n’avait jamais vu « une armée aussi démocratique, qui se pose autant de questions morales », remarque un internaute (JulienS) sur le Post.

http://oumma.com/Des-soldats-israeliens-achetent

Page suivante »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 134 autres abonnés