Dans la même veine.. « je peux pucer mon chien, alors pourquoi ne pas pucer mon adolescent rebelle histoire de le retrouver s’il fugue ou s’il ne vas pas à l’école ? », « Je peux pucer mon chien, alors pourquoi ne pas pucer (discretos) ma femme/mon mari, histoire de savoir s’il est volage ? », « Je peux pucer mon chien, alors pourquoi ne pas pucer chaque nouveau né à la naissance histoire de pouvoir le localiser s’il est enlevé par les pédophiles, s’il se casse une jambe lors d’une randonnée, s’il se fait ensevelir par une avalance en faisant du hors-piste, s’il va chez les putes, s’il va dans un cinéma porno, s’il traîne dans les mauvais quartiers, s’il a des mauvaises fréquentations… »

Les possibilités sont infinies… et vous n’avez aucune raison valable de refuser cette surveillance (qui est faite pour votre bien) SI VOUS N’AVEZ RIEN A VOUS REPROCHER. C’est EXACTEMENT ce que me disait le conférencier recruteur de la STASI, qui venait nous parler de son métier, dans mon lycée, du temps de l’Allemagne de l’Est.

[Affordance Blog – 02/05/2010]

« WE SHOULD DOCUMENT THEM » – C’est ici le « them » qui a toute son importance. C’est aux Etats-Unis. C’est un candidat au congrès, républicain, médecin par ailleurs qui parle. Qui parle de « pucer » les immigrants clandestins pour les « documenter ». Littéralement. « To document » : Verbe transitif. Documenter.

Source :

  • « I think we should catch ’em, we should document ’em, make sure we know where they are and where they are going, » said Pat Bertroche, an Urbandale physician. « I actually support microchipping them. I can microchip my dog so I can find it. Why can’t I microchip an illegal ?« 

Traduction :

  • « Je pense que nous devrions les attraper, les documenter, s’assurer de savoir là où ils sont et ce qu’ils font », a déclaré Pat Bertroche, un médecin d’Urbandale. « En fait, je soutien les micropuces. Je peux pucer mon chien pour que je puisse le trouver. Pourquoi ne puis-je pas pucer un clandestin ? »

C’est à ma connaissance l’une des toutes premières fois (la première fois ?) où l’on emploie a dessein le terme de « documenter » pour décrire une ambition qui dépasse de très loin le seul « fichage » (déjà très avancé) des êtres humains. L’une des toutes premières fois où l’on parle de documenter des êtres humains, au sens premier, littéral du terme.

Au-delà de l’écoeurement, l’homme est donc bien un document comme les autres … Le pan-catalogue des individualités humaines** continue son inexorable avancée. Les clandestins seront-ils, en plus du reste, les premiers hommes de la zone grise, des hommes-documents doublement orphelins ?

La résistance à la redocumentarisation est décidément d’une brûlante actualité.

** Voir l’article de la revue Hermès dont le pitch est le suivant :

  • « (…) La gestion des identités numériques laisse entrevoir la constitution d’un pan-catalogue des individualités humaines, ouvert à l’indexation par les moteurs de recherche, et pose ainsi la question de la pertinence des profils humains. (…) Il devient nécessaire de questionner le processus qui après avoir ouvert l’indexation à la marchandisation, après l’avoir parée de vertus « sociales », place aujourd’hui l’homme au centre même du cycle documentaire, non plus comme sujet-acteur, mais comme un objet-documentaire … parmi d’autres. La question qui se pose est donc clairement celle du caractère indexable de l’être humain. Celle de savoir si l’Homme est, ou non, un document comme les autres. »

http://affordance.typepad.com/mon_weblog/2010/05/we-should-document-them.html

About these ads